Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'élevage Nuttens de Marolles réintroduit les vaches normandes dans son cheptel

Marolles, Calvados, France

Grâce à une aide de la région, l'élevage Nuttens à Marolles (Calvados) réintroduit 50% de vaches normandes dans son cheptel. Objectif : livrer du lait pour le camembert AOP pour être mieux rémunéré et conserver l'activité laitière.

La famille Nuttens remplace la moitié de ses vaches Prim'Holstein par des Normandes.
La famille Nuttens remplace la moitié de ses vaches Prim'Holstein par des Normandes. © Radio France - Marion Bargiacchi

La Région veut réintroduire les vaches normandes dans les troupeaux ! Grâce au dispositif de "Normandisation du cheptel bovin" : tous les éleveurs dont le siège social est installé en Normandie ont droit à une aide plafonnée à 15.000 euros. La région prend en charge une partie du coût d'une vache, d'une génisse ou même d'embryons de vaches normandes. Parmi les élevages qui profitent de cette aide, celui de la famille Nuttens à Marolles dans le Calvados, à 12 km de Lisieux dans le pays d'Auge. 

Une nouvelle page de l'histoire familiale 

Guillaume Nuttens, 32 ans, dirige l'exploitation depuis quatre ans. Membre de l'association Prim'Holstein Calvados, il va pourtant réintroduire 50% de vaches normandes dans son cheptel. L'un des seuls moyens de garder son activité laitière : "Dans les années 60, mes grands-parents avaient misé sur la race Prim'Holstein plus productive. Mais depuis deux ans je n'en pouvais plus de produire du lait mal rémunéré : je gagnais plus d'argent avec cent hectares de blé et la charge de travail n'est pas la même." 

Pour garder l'activité lait, je repars sur un lait AOC, mieux rémunéré." - Guillaume Nuttens, éleveur.

La Région et son président Hervé Morin présentaient le dispositif dans l'élevage Nuttens à Marolles géré par Béatrice et Guillaume. - Radio France
La Région et son président Hervé Morin présentaient le dispositif dans l'élevage Nuttens à Marolles géré par Béatrice et Guillaume. © Radio France - Marion Bargiacchi

Dans les tuyaux, des projets de transformation pour fabriquer son propre fromage : Guillaume veut se lancer dans le camembert AOP, plus valorisé et valorisant.

90.000 euros d'investissement

Pour sauvegarder son activité laitière, Guillaume investit 90.000 euros, dont 12% pris en charge par la Région. Il remplace la moitié de ses 80 vaches par des Normandes : 39 vaches, 20 génisses gestantes qui incorporeront le troupeau petit à petit et 15 petits veaux femelles. L'objectif est de coller au cahier des charges du Camembert AOP de 2021 qui doit contenir 50% de lait de vache normande. 

Un produit de meilleure qualité dont il sera plus fier et qui lui rapportera plus : l'an dernier Lactalis rachetait le lait AOC 63 centimes de plus que les autres. De quoi convaincre de nombreux éleveurs de faire revenir les normandes dans leurs cheptels : 34 ont déjà demandé l'aide de la Région depuis la création du dispositif il y a un an et demi.

Le retour des vaches normandes, une page qui se tourne chez les Nuttens.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu