Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

L'épisode de sécheresse exceptionnel en Mayenne menace les cultures de maïs

-
Par , France Bleu Mayenne

Un comité sécheresse s'est réuni ce vendredi matin à la préfecture de la Mayenne pour faire le point sur la situation dans le département. La situation est très préoccupante pour les cultures des maïs qui subissent le manque d'eau.

Mickaël Marquet a plusieurs de ses épis de maïs jaunis par la sécheresse.
Mickaël Marquet a plusieurs de ses épis de maïs jaunis par la sécheresse. © Radio France - Willy Moreau

Mayenne, France

Quelques gouttes de pluie tombent ce vendredi sur les cultures de Mickaël Marquet, à Nuillé-sur-Vicoin mais elles ne sauveront pas les épis de maïs déjà morts : "Toutes les feuilles se sont enroulées, elles ont une couleur quasiment jaunes. La plante est totalement desséchée et elle meurt". Comme les autres agriculteurs de la Mayenne, il subit une sécheresse "exceptionnelle" selon le comité départemental réuni ce vendredi matin à la préfecture

Une sécheresse inédite

Il n'est tombé que 2 millimètres de pluie à Laval lors des 20 premiers jours de juillet. À ce manque d'eau, s'ajoute deux épisodes de canicule depuis la fin du mois de juin et un printemps pas spécialement marqué par les précipitations. 

Alain Priol, directeur départemental des territoires de la Mayenne, présent ce vendredi matin au comité sécheresse reconnait qu'il s'agit cette année d'un épisode atypique : "Soit on avait jusque-là une sécheresse qui s'installait depuis le printemps mais avec des pluies régulières qui permettaient de passer l'été, soit on avait des épisodes chauds mais coupés par des apports d'eau. Là, ce qui frappe, c'est l'intensité. Les cours d'eaux ont baissé extrêmement rapidement or les cours d'eau représentent 60% des apports d'eau dans le département"

À Nuillé-sur-Vicoin, Mickaël Marquet s'inquiète particulièrement en pleine floraison du maïs dont les épis ont besoin d'eau. "S'il ne pleut pas de manière continue, explique-t-il, les grains ne vont pas grandir". Ces grains doivent en principe nourrir le bétail pendant la période hivernal mais les rendements risquent d'être bien en-dessous des attentes. 

Dans le même temps, à Colombiers-du-Plessis, les Jardins des Renaudies qui ouvrent au public ce vendredi jusqu'au mois d'octobre le labyrinthe de maïs doivent se rationner en eau. "Il faut respecter les restrictions, constate Lucie Desechaliers, responsable des animations aux Jardins. Nous sommes un parc floral alors nous arrosons un petit peu tous les deux jours"

Ce sont avant-tout les eaux superficielles - cours d'eau et premières couches sous la terre - qui souffrent de la sécheresse. Les nappes phréatiques ne sont pas dans un état inquiétant même si le niveau est bas. Le barrage de Saint-Fraimbault-de-Prières lui est rempli à 95%. 

Choix de la station

France Bleu