Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Agriculture – Pêche

L'évêque de Gap prend la défense des éleveurs victimes du loup

lundi 11 mars 2019 à 18:31 Par David Aussillou, France Bleu Provence

Après une nouvelle attaque de loups dans les Hautes-Alpes la semaine dernière, Monseigneur Xavier Mall interpelle le gouvernement. L'évêque de Gap lui demande de prendre des mesures pour réguler la population de loups.

Christianne et Eric Boyer ont découvert vendredi matin à Avançon les cadavres d'une trentaine de bêtes de leur élevage
Christianne et Eric Boyer ont découvert vendredi matin à Avançon les cadavres d'une trentaine de bêtes de leur élevage © Radio France - David Aussillou

Avançon, France

Quelques jours après une attaque sanglante d'un loup  à Avançon dans les Hautes-Alpes, les éleveurs viennent de recevoir un soutien inattendu. Sur sa page Facebook, l'évêque de Gap s'est ému de la mort de 33 bêtes et de la disparition de 25 autres ovins. "Il attend quoi ? Un drame humain, écrit Monseigneur Xavier Mall. Y'en a marre de l'idéologie". Au bord de la nationale 94, à 10 kilomètres de Gap, dans la nuit de jeudi à vendredi, un loup s'en est pris au troupeau de Christianne Boyer. "Je pense à toutes mes brebis, confie-t-elle. Elles sont mortes en agonisant sans que je puisse les aider. C'est terrible." 

Des vaches deviennent agressives

L'évêque de Gap demande au gouvernement de prendre des mesures pour réguler la présence du loup. Il dit avoir reçu plusieurs témoignages d'éleveurs qui l'ont alerté. "J'ai notamment été surpris par ce que me disait un éleveur de vaches, dit-il. Ses bêtes sont redevenues sauvages parce qu'elles ont du se défendre elles aussi contre une attaque de loup. Et maintenant, il a peur de ses vaches. Ça ne peut plus durer."  

Le maire d'Avançon, Nicolas Laurent, lui aussi éleveur de bovins, demande au gouvernement la possibilité pour chaque éleveur de pouvoir chasser le loup qui entre sur ses terres : "À chaque fois qu'il voit quelque chose, il tire ! Et ceux qui les veulent les loups, ils n'ont qu'à les prendre chez eux !"

Plus de 500 loups en France

La semaine dernière, lors du grand débat national à Gréoux-les-Bains dans les Alpes-de-Haute-Provence, Emmanuel Macron a assuré qu'il partageait et comprenait "l'émotion des éleveurs". Le président de la République a précisé que le pourcentage des loups pouvant être abattus serait augmenté. Selon lui, le seuil des 500 individus a été atteint. L'an dernier, dans les Alpes du Sud, plus de 3.500 bêtes ont été tuées dans des attaques de loups.