Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

L'Hérault, neuvième département qui achète le plus de pesticides

jeudi 22 novembre 2018 à 5:53 Par Fabrice Hawkins, France Bleu Hérault

Le département de l'Hérault et neuvième au classement des plus gros acheteurs de pesticides en France. C'est une étude de l'association Générations Futures qui le révèle. Les agriculteurs, eux, affirment qu'ils n'ont pas le choix pour développer une agriculture biologique.

Illustration
Illustration © Maxppp -

Hérault, France

Dans le département de l'Hérault, on achète beaucoup de pesticides ! Environ 1.800 tonnes ont été commercialisées en 2017. C'est l'association de défense de l'environnement Génération Futures qui le dit après une enquête publiée mardi 20 novembre. Un classement place l'Hérault à la neuvième position sur 100 départements. L'association a épluché les données de 2017 de la BNVD (base de données des ventes des distributeurs) qui donnent les quantités des différents produits vendus dans chaque département. Plusieurs départements de notre région figurent parmi les plus gros acheteurs de pesticides. Le département fait aussi partie de ceux qui achètent le plus de glyphosates (11e sur 100) et de pesticides perturbateurs endocriniens (16e sur 100).

"L'agriculture biologique nécessite l'utilisation de pesticides." - Guilhem Vigroux président de la FDSEA de l'Hérault

Face au constat posé par Générations Futures. certains agriculteurs sont furieux. C'est le cas du président de la FDSEA Guilhem Vigroux. Pour lui, l'enquête ne dit pas tout. "Nous avons converti nos exploitations en agriculture biologique et ce qu'il faut savoir, c'est que cette agriculture nécessite plus de pesticides, explique-t-il. On utilise une plus grande quantité de souffre ou de sodium, c'est vrai, mais ces substances font partie de l'agriculture biologique contrairement aux produits chimiques qu'on utilisait en plus faible quantité". 

Le syndicaliste regrette le manque de pédagogie de l'association de défense de l'environnement. "De plus en plus d'exploitations vont se convertir en bio, et les chiffres des pesticides vont augmenter, dit Guilhem Vigroux. Cette étude est insultante pour les agriculteurs", conclut-il.