Agriculture – Pêche

L'hiver doux perturbe les abeilles en Touraine

Par Valentine Letesse, France Bleu Touraine et France Bleu mercredi 30 décembre 2015 à 10:37

Les abeilles sont toujours en activité dans l'Indre et Loire.
Les abeilles sont toujours en activité dans l'Indre et Loire. © Radio France - Valentine Letesse

Au lieu d'hiberner, les abeilles sont toujours actives autour de leur ruche, à la recherche de nourriture. Un véritable problème pour les 800 apiculteurs du département.

Elles, ne sont pas en vacances d'hiver. "Elles se fatiguent pour rien" explique Didier Pillu, apiculteur à la Croix en Touraine. Avec cet hiver très doux, ses abeilles sont toujours actives, alors qu'elles devraient hiberner. Les 800 apiculteurs d'Indre-et-Loire sont donc obligés de continuer à les nourrir "artificiellement", puisqu'elles ne peuvent plus trouver ou presque, de pollen et de nectar dans la nature. 

Un coût supplémentaire pour les professionnels. Mais surtout, le risque pour les abeilles de vider leurs réserves de nourriture pour l'hiver et de se faire piéger par le froid dans quelques semaines. Dans le pire des cas, les colonies risques d'être décimées au printemps par la famine. "Dès que le thermomètre va descendre en dessous de 0, on ne pourra plus ouvrir les ruches et rajouter de la nourriture. Donc si l'hiver est plus rigoureux ou plus long, déborde sur février-mars, on va sûrement avoir des colonies qui seront mortes de faim." raconte Jean-François Lenoir président du syndicat des apiculteurs d'Indre-et-Loire.

Le témoignage de Jean François Lenoir, président d'un syndicat d'apiculteurs.

Des conséquences inattendues

Une ruche active d'un apiculteur d'Indre et Loire en plein mois de décembre. - Radio France
Une ruche active d'un apiculteur d'Indre et Loire en plein mois de décembre. © Radio France - Valentine Letesse

Certains apiculteurs racontent même avoir vu des abeilles se jetant sur du pain d'épices dans un marché de Noël. D'autres ont envahi des cuisines en plein mois de décembre. "Jamais vu ça" lance Gérard Lemercier apiculteur d'Artannes-sur-Indre de 77 ans. Pourtant sa première ruche il l'a eu dès l'âge de 7 ans. Les professionnels pèsent donc le poids de chaque ruche. Si tout va bien dans la vie de la colonie, elles doivent contenir environ 15 kg de miel. Ce 29 décembre 2015, Didier Pillu en trouve deux totalement vide de miel et d'abeilles.

Le reportage de Valentine Letesse

Mais les températures provoquent aussi d'autres problèmes. C'est ceux là qui inquiètent surtout les apiculteurs. Pour Gérard Lemercier apiculteur de 77 ans, à Artannes sur Indre. La douceur de l'hiver favorise aussi la prolifération du frelon asiatique et celle d'un parasite, le varois. "C'est comme un poux mais en forme de crabe. Ce parasite se développe très vite. Il mange les larves, s'accroche sur les abeilles et peut paralyser une ruche."

Selon pour les professionnels, il ne faut pas encore s'alarmer. Selon eux, l'insecte est résistant et devrait s'adapter à ces températures. De toutes façons, ils ne pourront estimer les dégâts qu'au retour du printemps.