Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'interdiction d'un pesticide inquiète les oléiculteurs du Roussillon

-
Par , France Bleu Roussillon
Perpignan, France

Après les producteurs de cerises, ce sont les producteurs d'olives qui s'inquiètent de l'impact que pourra avoir l'interdiction cette année en France du diméthoate, un insecticide qui permet de lutter contre la mouche de l'olive.

photo d'illustration
photo d'illustration © Maxppp - Maxppp

La mouche de l'olive, un des pires cauchemars des oléiculteurs. En quelques semaines, ce parasite peut littéralement envahir un champ d'oliviers et détruire une grande partie de la production. La solution la plus pratique, efficace et donc la plus utilisée est le diméthoate. Mais l'usage de ce pesticide vient d'être interdit par la France cette année car il est jugé trop dangereux et cancérigène.

La crainte de la concurrence déloyale

"Il existe certes des produits et des méthodes alternatives pour lutter contre ce ravageur, mais elles ne permettront pas de rivaliser avec les importations des autres pays producteurs d'huile du bassin méditerranéen comme l'Espagne ou l'Italie. Il y a aura 9,5 Français sur 10 qui vont consommer de l'huile, dont les olives ont été traitées avec cet insecticide et le demi qui reste aura consommé de l'huile faite en France sans insecticide."" (Gennaro de Benedittis, président du syndicat départemental des oléiculteurs du Roussillon)

C'est pourquoi les oléiculteurs réclament du gouvernement les mêmes annonces que pour la cerise : interdire la commercialisation d'huiles et d'olives traitées au diméthoate sur le territoire français.

Gennaro de Benedittis, du syndicat départemental des oléiculteurs du Roussillon

Gennaro de Benedittis ajoute que "les autres produits qui serviront à traiter la mouche,  ce sont des produits beaucoup plus chers. Déjà que l'on a un différentiel de prix, qui est assez important entre l'huile, produite en France et l'huile qui vient d'Espagne, ce différentiel de prix sera d'autant plus important, surtout que l'on ne peut pas augmenter notre prix de vente parce qu'à partir d'un certain prix, le Français moyen n'a plus soif."

Les produits alternatifs, plus chers et moins ciblés

"Les autres produits seront plus chers pour les agriculteurs qui veulent traiter, mais ce ne sera pas forcément un bons compromis pour l'environnement." (Christian Pouil, oléiculteur à Trouillas)

Le diméthoate est un insecticide qui ne tuait que la mouche  de l'asperge, de la cerise et de l'olive, précise Christian Pouil, un producteur qui limite l'utilisation des pesticides. "Mais on ne tuait pas les autres insectes et les agriculteurs qui traitaient les oliviers avaient tendance à se servir de ce produit parce qu'on limitait les dégâts occasionnés par un insecticide : on ne ciblait que la mouche, on ne tuait rien d'autre. Avec leur règlementation, les insecticides qui tuent 100 ou 150 insectes sont autorisés, donc les gens vont se rabattre sur des insecticides qui vont être plus négatifs que les autres et je pense que ce ne sera pas une bonne chose pour l’écosystème."

Christian Pouil, oléiculteur du moulin de la Cétérane à Trouillas

Choix de la station

À venir dansDanssecondess