Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

L'Occitanie, reine du bio

-
Par , , France Bleu Occitanie

Selon les derniers chiffres publiés par l'Agence Bio ce mardi, la région est la première de France en terme de nombre de fermes bios et en surfaces agricoles bios. Le Gers céréalier, l'élevage de l'Aveyron, et les vignes du Languedoc-Roussillon tirent l'Occitanie vers la haut.

La campagne gersoise, 20% de la surface agricole est bio dans le Gers.
La campagne gersoise, 20% de la surface agricole est bio dans le Gers. © Radio France - Bénédicte Dupont

Gers, France

Peut-être le saviez vous déjà, mais les chiffres 2018 dévoilés ce mardi par l'agence Bio, l'organisme publique qui suit le dossier, le confirment à nouveau : l'Occitanie est numéro 1 du bio en France en nombre d'exploitations bios et en hectares. Seule la région Provence-Alpes-Côte d'Azur fait mieux sur un tableau : en terme de proportion de bio sur la surface agricole totale (25% pour eux contre 15% pour l'Occitanie).

Chiffres records du bio: l'Occitanie reste un poids lourd de l'agriculture biologique

Gers, Aveyron, Aude, Gard, Hérault parmi les meilleurs élèves

La production française bio a doublé en cinq ans. Le Gers est le premier des départements bio sur les deux volets : nombre d'exploitations (près de 1.400) et surface agricole bio (en hectares). L'Aveyron est aussi sur le podium sur le plan quantitatif des surfaces bios, grâce à l'élevage.  L'Aude, l'Hérault, le Gard apparaissent aussi dans ces Top 25 grâce aux vignobles bios. À l'inverse, il ne faut pas s'étonner de ne pas voir le Tarn-et-Garonne, pourtant très maraîcher et fruitier, classé parmi les départements les plus bios. Les vergers sont en fait techniquement les surfaces les plus compliquées à passer en bio.

Le bio gersois est porté par les grandes cultures de céréales, d'oléagineux et de légumes secs. Pour Nancy Fauré, la directrice d'Interbio Occitanie, l'association interprofessionnelle qui regroupe tous les réseaux du bio, les Gers mérite cette première place : "Ce sont des petites exploitations pour beaucoup (...) elles ont cherché à prendre de la valeur suite aux différentes crises agricoles. On a aussi des structures coopératives dans le Gers qui ont investi dans du stockage pour permettre à ces grandes cultures d'être traitées, stockées et vendues dans le Gers. Après vous avez un effet boule de neige, les voisins se disent "pourquoi pas moi' et ça explique ces résultats".

Le Gers est trois fois sur le podium, l'Aveyron deux fois. - Aucun(e)
Le Gers est trois fois sur le podium, l'Aveyron deux fois. - Agence Bio

Un ferme bio sur cinq est en Occitanie

Avec 9.400 fermes bio, l'Occitanie et ses treize départements ont une exploitation bio sur cinq de france, 476.000 hectares en bio certifiés et en conversion, l'équivalent de la superficie de l'Ariège toute entière. Sur la dernière année, 70.000 hectares ont été convertis en bio, soit six fois la taille de Toulouse. 

Bien sûr, ce sont les vignes du Languedoc-Roussillon qui font gonfler les chiffres, mais aussi en Midi-Pyrénées les grandes cultures ; céréales, oléagineux, légumes secs et ce qu'on appelle les cultures fourragères

Des conversions en Aveyron 

L'Aveyron est un des départements français où l'agriculture bio est la plus présente. Il y a plus de 60.000 hectares cultivés sans chimie dans le département. Et parmi les paysans qui ont passé le pas, Laure Frayssinet, agricultrice à Flavin tout près de Rodez. Elle a passé le pas avec son mari et elle a tout changé ou presque. Elle  fait de l'élevage et des céréales pour réaliser du pain en vente directe. Selon elle c'est l'APABA, l'association pour la Promotion de l'Agriculture Biologique en Aveyron, qui lui a permis d'enclencher le processus de conversion. 

Laure Frayssinet, agricultrice à Flavin

Laure Frayssinet, agricultrice à Flavin, vend son pain en direct via une amap.  - Radio France
Laure Frayssinet, agricultrice à Flavin, vend son pain en direct via une amap. © Radio France - SM