Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Les députés et sénateurs ardéchois remportent leur bataille pour la chambre d’agriculture

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Alors qu'une baisse de taxe décidée par le gouvernement mettait en cause les recettes des chambres d'agriculture, la mobilisation des députés ardéchois a payé. L'État renonce à son projet de baisse des budgets.

Les députés et sénateurs ardéchois ce lundi matin, à la chambre d'agriculture de l'Ardèche.
Les députés et sénateurs ardéchois ce lundi matin, à la chambre d'agriculture de l'Ardèche. © Radio France - Victor Vasseur

Privas, France

Ce lundi, tous les parlementaires ardéchois étaient là, côte à côte, à Privas, dans les locaux de la chambre d’agriculture. Une image rare, mais "pour la bonne cause" selon eux. Ils craignaient pour l’avenir des chambres d’agriculture, dont celle d’Ardèche. Leur tribune publiée ce dimanche dans Le Parisien/Aujourd'hui en France et qui a rassemblé 186 parlementaires a payé. Le gouvernement dit renoncer à son projet de baisser de 15% une taxe qui finance en partie les chambres d'agriculture.

Dans cette tribune, signée par 186 parlementaires et présidents de département, dont l'ardéchois Hervé Saulignac, ils expliquent : "Le gouvernement a annoncé une baisse de 15 % de la taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non bâti (TA-TFNB). Le produit de cette taxe assure aujourd'hui 292 millions d'euros aux chambres d'agriculture, soit près de la moitié de leur budget. Le gouvernement justifie ce geste fiscal par le pouvoir d'achat supplémentaire qu'il va permettre de dégager pour les agriculteurs."

Mais cette baisse aurait eu de lourdes conséquences selon les signataires. En Ardèche, cette diminution aurait représenté un trou de 360.000 euros dans le budget, soit au moins neuf postes qui auraient pu disparaître à la chambre d'agriculture précise le député Hervé Saulignac :"Très concrètement, ils accompagnent au quotidien les exploitants agricoles qui sont dans des conversions, qui essayent de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires. Et pour tout ça, il faut être accompagné par des techniciens proposés par la chambre.

"Se tourner vers des entreprises privées"

Finalement ce lundi soir, le gouvernement dit renoncer à ce projet de baisse de dotations. La mesure doit être validée ce mardi lors du vote de la seconde partie du projet de loi de finances pour 2020 à l'Assemblée nationale. 

Si des postes avaient disparu en Ardèche, les répercussions auraient été directes pour Jean-Luc Flaugère, le président de la chambre d'agriculture : "_C’est moins de salariés, moins de conseils, moins d’interventions sur le terrain_, et si le besoin est toujours important, les agriculteurs vont se tourner vers des entreprises privées et ils vont acheter ce conseil ailleurs."

D'autant plus que ces chambres d'agriculture sont indispensables pour l'avenir de la profession martèle le député Fabrice Brun : "L’engagement pris par les chambres d’agriculture c’est de rencontrer un par un ces 160 000 agriculteurs qui vont céder leur exploitation. Et pour ça, il faut des moyens."

Aujourd'hui, la chambre d'agriculture d'Ardèche compte 62 emplois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu