Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La chambre d'agriculture de la Corrèze va créer sa propre association pour animaux d'élevages maltraités

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

La Chambre d'agriculture, par la voix de son président, avait vivement réagi après le retrait de son troupeau à une éleveuse de Saint-Rémy début février. La structure annonce la création d'une association dédiée à ces situations d'urgence.

Photo d'illustration.  Le nombre d'animaux saisis par l'association OABA a fortement augmenté ces dernières années
Photo d'illustration. Le nombre d'animaux saisis par l'association OABA a fortement augmenté ces dernières années © Radio France - Guillemette Franquet

La Chambre d'agriculture de la Corrèze souhaite éviter d'autre drames tels celui de Saint-Rémy au début du mois. Le 4 février dernier les services vétérinaires étaient intervenus chez une éleveuse de 84 ans de cette commune qui laissait son troupeau d'ovins à l'abandon. Les cadavres d'une soixantaine d'animaux avaient été découverts et le reste avait été saisi et confié à l'association OABA spécialisée dans le sauvetage des animaux d'élevages.

1000 animaux récupérés en deux mois

Ce genre de situation augmente en France explique Dimitri Nguyen, assistant de direction à OABA. "Nous sommes passés en deux ou trois ans de 1000 animaux récupérés en un an à 1800 maintenant et cette année nous sommes à 1000 en deux mois". Le profil des éleveurs incriminés est souvent le même : une personne âgée qui refuse de céder son troupeau alors qu'elle n'arrive plus du tout à s'en occuper. "C'est ce qu'on appelle une situation désespérée où les agriculteurs sont dans le déni complet, où il n'y a absolument aucun moyen de rien faire comprendre" souligne Tony Cornelissen, le président de la Chambre d'agriculture de la Corrèze. Cette dernière connaît bien ces situations : elle a créé une cellule dédiée pour suivre ces personnes et tenter de trouver des solutions. "On en remet quelques-unes dans le droit chemin mais on a sur les bras des situations dont on sait qu'elles sont désespérées."

La Chambre d'agriculture souhaite plus d'empathie avec ces éleveurs

C'est justement pour éviter que ses situations désespérées soit réglées de manière brutale, comme ce fut le cas à Saint-Rémy, que Tony Cornelissen a décidé de prendre le taureau par les cornes. "Nous souhaitons que ce type d'acte soit mieux préparé en prenant en compte l'humain", indique le président de la Chambre d'agriculture corrézienne, en demandant "un peu plus d'empathie". C'est dans cet esprit que la Chambre d'agriculture a décidé de créer sa propre association d'intérêt public pour intervenir lors de ces situations d'urgences, pour éviter que soit fait appel à une association extérieure type OABA. Tony Cornelissen prône également la mise en œuvre d'un dispositif qui pourrait imposer aux éleveurs concernés de vendre leur troupeau avant qu'il soit trop tard. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess