Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La Confédération paysanne de l'Indre fête ses 30 ans ce samedi à Tournon-Saint-Martin

vendredi 7 septembre 2018 à 19:35 Par Aurore Richard, France Bleu Berry

Ce samedi 8 septembre, une fête de l'agriculture paysanne est organisée à Tournon-Saint-Martin. La Confédération paysanne de l'Indre a choisi une petite ferme autonome pour célébrer ses 30 ans.

Un marché paysan va rassembler une quinzaine de producteurs.
Un marché paysan va rassembler une quinzaine de producteurs. © Radio France - Aurore Richard

Tournon-Saint-Martin, France

La Confédération paysanne de l'Indre souffle ses 30 bougies ce samedi 8 septembre. Pour l'occasion, une fête de l'agriculture paysanne a lieu toute la journée à la ferme de la Charité, à Tournon-Saint-Martin, dans l'est de l'Indre. Dès 9h30, une randonnée de 8 à 10 km se fera au départ de la ferme. Tout l'après-midi, petits et grands peuvent visiter la ferme, profiter d'un marché paysan installé dans l'herbe et même confectionner leur propre pain. La ferme de Freg Gagnot n'a pas été choisie par hasard pour accueillir la fête, c'est en fait une petite ferme autonome

Fred Gagnot est aidé d'un apprenti et de son épouse et cela lui suffit pour faire tourner sa petite ferme. Il a 80 hectares de prairie qui lui permettent d'élever 30 vaches et 60 brebis. "Un troupeau de 30 vaches, ce n'est pas beaucoup. Aujourd'hui, les exploitations ont plus des troupeaux entre 100 et 120 vaches", souligne l'éleveur. 

Fred Gagnot découpe et met sous vide la viande directement sur l'exploitation

L'avantage d'un petit cheptel, c'est que cela lui laisse le temps pour d'autres activités. Il fait par exemple de la viande en caissettes. "On a de la chance d'être à côté de l'abattoir de Mérigny, à 20 km, donc on y amène les animaux pour être abattus et ensuite, on les récupère pour les découper sur notre exploitation, dans notre laboratoire", explique Fred Gagnot. 

Il n'a de toute façon pas besoin d'une plus grande exploitation, elle lui permet d'avoir assez de fourrage pour nourrir ses bêtes. "On récolte les excédents des pâturages, cela permet d'approvisionner les animaux en fourrage pendant l'hiver, et en faisant bien ce travail-là, on a des fourrages qui sont très nourrissants et qui permettent de diminuer la part de céréales donnée aux animaux", selon l'éleveur de Tournon-Saint-Martin. En diminuant la part de céréales, il laboure moins et ainsi, il réduit ses frais de mécanisation et de gazole.

Fred Gagnot a même trouvé un autre moyen de réduire ses frais : il a arrêté les engrais il y a 18 ans. "La facture d'engrais que j'avais quand j'ai arrêté d'en mettre correspondait aux revenus que je souhaitais avoir. C'était dans les 15 000 € annuels donc le choix a été facile à faire", reconnaît-il.  Il avait quand même peur que l'herbe ne pousse pas sans engrais mais au bout de deux ans, les rendements étaient déjà suffisants et les animaux, en meilleure santé.