Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La confédération paysanne vend 800 kilos d'abricot de la Drôme à Paris pour alerter sur le juste prix

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Opération symbolique et pacifique pour alerter sur la crise de l'abricot ce mardi. La confédération paysanne a vendu 800 kilos de bergeron de la Drôme à Paris. A 2,50 euros le kilo, les Parisiens ont fait la queue pour en acheter.

Le stand installé sur la Place de la République à Paris ce mardi
Le stand installé sur la Place de la République à Paris ce mardi - Confédération paysanne

C'est un producteur de Chanos-Curson Pierre Veyrat qui a fourni une palette d'abricots. Les fruits ont été vendus 2 euros 50 le kilo aux Parisiens sur la place de la République ce mardi à la mi-journée. En moins de deux heures, tout le stock était écoulé. La confédération paysanne voulait ainsi alerter sur le problème de rémunération des producteurs d'abricots et plus généralement de fruits et légumes en France.

Le paysan est toujours la variable d'ajustement sur les prix

Cette saison est catastrophique car les abricots français sont en avance et la production se télescope avec celle des Espagnols et des Italiens. Les prix qui seront payés aux arboriculteurs par les opérateurs seront de l'ordre de 50 centimes du kilo quand le prix de revient est estimé à 1, 20 euros.

"Il est urgent que l'Etat légifère sur une rémunération plancher des producteurs" explique André Bouchut, le représentant de la confédération paysanne auprès de l'interprofession. "Le paysan est toujours la variable d'ajustement. Si l'année est bonne, tout va bien. Sinon, c'est lui qui trinque" Beaucoup de producteurs d'abricots ont déjà stoppé la récolte cet été pour éviter des frais de personnel et d'emballage.

Pas de publicité spécifique sur l'abricot de France

Autre motif de colère : la profession n'a pas le droit de faire de la publicité pour vanter spécifiquement l'abricot de France en vertu du droit européen. "Il est temps d'en finir avec de telles stupidités pour permettre aux arboriculteurs de chacun des pays européens de promouvoir sa propre production" ajoute André Bouchut.

→Lire aussi : les producteurs d'abricots en pleine crise en Drôme Ardèche

Choix de la station

À venir dansDanssecondess