Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La confédération paysanne veut un prix minimum pour les fruits et légumes importés

mercredi 18 juillet 2018 à 6:18 Par Florence Beaudet et Sonia Ghobri, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Le syndicat agricole renouvelle sa vente de fruits et légumes sur la place de la République à Paris ce mercredi. Avec près de 2 tonnes de fruits et légumes de la Drôme. Objectif : réclamer toujours et encore un juste prix pour les producteurs.

L'été dernier, les 900 kilos d'abricots avaient été vendus en moins de deux heures
L'été dernier, les 900 kilos d'abricots avaient été vendus en moins de deux heures - Confédération paysanne

Mercurol, France

Abricots, tomates, melons, aubergines... Presque deux tonnes de fruits et légumes de la Drôme seront vendus ce mercredi midi par la confédération paysanne place de la République à Paris.  "Au juste prix" dit le syndicat agricole. Ce sera 2 euros 50 pour les abricots par exemple.  

Des rayons remplis de fruits et légumes importés

C'est une façon de dénoncer -une nouvelle fois - la concurrence déloyale des autres pays européens. On en parle depuis des années, des lois sont votées. Mais rien ne change pour les producteurs français selon la confédération paysanne. Les fruits et légumes importés sont moins chers. Et ils garnissent toujours les deux tiers des rayons des grandes surfaces selon la drômoise Isabelle Ribat, secrétaire nationale du syndicat. 

Prix minimum d'entrée en France ?

La confédération paysanne demande un prix minimum d'entrée en France. Un prix fixé par saison. Par exemple, puisqu'un producteur d'abricot français a besoin de vendre le kilo à 1 euro 80 pour en vivre, la France devrait imposer aux importateurs d'acheter les abricots d'Espagne au même prix. Et puisqu'il ne s'agit de taxes douanières, cela ne s'oppose pas aux règles européennes argumente encore le syndicat.

Ce mercredi midi, le syndicat n'aura pas de mal à convaincre les parisiens d'acheter français. A 2 euros 50 le kilo d'abricots, le stock s'était écoulé l'année dernière en moins de 2 heures.