Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La coopérative Lorifruit fête ses 70 ans

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

L'entreprise, basée à Loriol (Drôme), est spécialisée dans les nectarines, les pêches, les abricots. Mais aussi les kiwis. Entre 600 et 900 tonnes de ce fruit sont gérées chaque année par la coopérative.

Trois variétés de kiwis sont cultivées par les arboriculteurs de la coopérative
Trois variétés de kiwis sont cultivées par les arboriculteurs de la coopérative © Radio France - François Breton

Loriol-sur-Drôme, France

Un anniversaire en grande pompe. Ce vendredi, la coopérative fruitière Lorifruit fêtait ses 70 ans en présence de Didier Guillaume, ministre drômois de l'agriculture. L'occasion pour l'entreprise de mettre en avant ses productions phares : la nectarine, la pêche, l'abricot... mais aussi le kiwi.

"C'est le troisième fruit en terme de production, explique Augustin Aguilar, président de la commission kiwi à la coopérative. On a entre 50 et 65 hectares, ça représente entre 600 et 900 tonnes de fruits par an."

Les premiers arbres ont été plantés dans les années 1980. "Ça nous permettait de nous décaler dans les périodes de travail et puis apparemment, ça allait nous rapporter, raconte Jacques Fereyre, arboriculteur à Loriol. Ça été le cas pendant plusieurs années."

Pas fait pour la Drôme

Le kiwi a aussi permis de sauver des vergers du nord de la Drôme. Dans les années 1990, ils sont touchés par une maladie, la sharka. Les arboriculteurs sont obligés d'arracher les plants. La solution pour se relancer : le kiwi. "Ils ont fait ça assez brillamment", confirme Augustin Aguilar. 

Pourtant les terres drômoises n'étaient pas les meilleures pour accueillir ce petit fruit vert : "Le kiwi déteste le vent, nous avons du vent en vallée du Rhône. Le kiwi n'aime pas le calcaire, nous avons des sols calcaires, résume Augustin Aguilar. Si nous avions tenus compte des bulletins météorologiques et des études de sols, nous n'aurions pas dû planter du kiwi !"

Aujourd'hui Lorifruit réalise 8 millions d'euros de chiffres d'affaires. Elle emploie entre 250 et 300 personnes selon les périodes de l'année.

Choix de la station

France Bleu