Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La crise du lait, un an après : où en est-on en Normandie ?

mardi 26 juillet 2016 à 6:09 Par Amélie Bonté, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

L'été dernier, les agriculteurs bloquaient routes et ponts pour se faire entendre : le prix de leur lait était bien trop bas. Un an après cette crise du lait, que deviennent ces éleveurs ? Vivent-ils mieux de leur production ?

Les producteurs de lait prévoient des actions fin août contre des laiteries
Les producteurs de lait prévoient des actions fin août contre des laiteries © Maxppp - Christian Watier

Alvimare, France

Le pont de Normandie bloqué, le blocus routier de Rouen, le périphérique de Caen paralysé : c'était il y a un an, la crise du lait. Les producteurs dénonçaient les prix en chute libre avec la fin des quotas de production au niveau européen. Le gouvernement avait alors adopté un plan d'urgence de 700 millions €. La commission européenne vient aussi d'apporter une rallonge de 500 millions € (mi-juillet). Mais qu'en est-il sur le terrain, dans les fermes normandes ?

Une enveloppe de 700 millions €, soit entre 800 et 3 000 € par agriculteur

Sylvain Bunel est éleveur de 40 vaches laitières à Alvimare prés d'Yvetôt, il vend toujours son lait à perte, un an après le conflit et les négociations avec le gouvernement.

La tonne de lait est à 270€ alors qu'on devrait être à 370€. Avec des prix pareils, on essaye juste de maintenir les meubles.

Bien que le gouvernement ait débloqué l'an dernier 700 millions € pour les agriculteurs, Sylvain Bunel estime que c'est du "saupoudrage" une fois distribué à chacun :

J'ai touché 3 000€ pour 30 000€ de pertes... c'est peu, la majorité des éleveurs ont touché 800€.

Ecoutez le reportage de Lauriane Delanoë (1'20)

Des blocages, des manifestations ou des actions à venir ?

Le prix du lait ne cesse de baisser, mais il est moins en bas qu'en Allemagne, en Belgique ou aux Pays-Bas d'aprés la FNSEA 76.

Il y a un an la situation des producteurs de lait était difficile, aujourd'hui elle est catastrophique. Les gens souffrent en silence." explique Jocelyn Pesqueux, de la section laitière FNSEA 76

D'après ces responsables syndicaux, l'Etat ne peut pas compenser les pertes des agriculteurs. Les syndicats réclament la limitation de la production en Europe et prévoient des actions à la fin du mois d'août.

On est découragé aujourd'hui, on a même plus la force de se battre.

Ecoutez Jocelyn Pesqueux, président de la section laitière FNSEA 76 (52")