Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La culture du safran est-elle vraiment rentable en Limousin ?

-
Par , France Bleu Limousin

La récolte du safran vient de commencer. Une culture marginale en France. En Limousin il y a une dizaine de producteurs. Un nombre qui a plutôt tendance à diminuer. Il faut dire que cet or rouge ne rend pas riche.

Le safran provient d'une variété de crocus. Chaque fleur donne trois stigmates rouges qui doivent être séchés. Il faut 250 fleurs pour produire un gramme de safran.
Le safran provient d'une variété de crocus. Chaque fleur donne trois stigmates rouges qui doivent être séchés. Il faut 250 fleurs pour produire un gramme de safran. © Radio France - Philippe Graziani

C'est une fausse idée que dénoncent les producteurs comme Corinne Bouissou installée à Séreilhac en Haute-Vienne. "Les producteurs de safran ne sont pas des millionnaires". Elle rappelle qu'il faut des heures de travail pour produire le moindre gramme et que de fait la plupart des producteurs français, et particulièrement en Limousin, ne produisent que quelques centaines de grammes par an. Aucun n'atteint le kilo.

Producteur et vendeur à la fois

Christian Lachaud, producteur de safran à Laval-sur-Luzège en Corrèze, ajoute que la difficulté principale est la distribution. "Contrairement aux autres métiers de l'agriculture où il y a des filières organisées qui s'occupent de la commercialisation , nous on doit faire notre propre commercialisation". Et de plus la consommation en France n'est pas énorme, loin de là. Et même les restaurant ne représentent pas un débouché très important.

Des produits dérivés

Les producteurs confirment tous que la rentabilité économique du safran est très limitée. "Ou alors il faut avoir une activité en complément" précise Corinne Bouissou. Ceux qui choisissent tout de même de vivre uniquement de cette petite fleur multiplient les produits dérivés pour plaire à une clientèle plus large. Le safran se prête très bien notamment aux confitures et gelées, aux sirops; il parfume miel et moutarde. La plupart vendent tous ces produits directement sur internet et dans quelques magasins locaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu