Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La FDSEA 38 organise sa deuxième "Nuit de l'agriculture" à Beaucroissant

-
Par , , France Bleu Isère

Pour la deuxième fois la FDSEA Isère organise une "Nuit de l'agriculture", série de tables rondes qui réuni les représentants des agriculteurs, leurs grands partenaires économiques et les pouvoirs publics. Jérôme Crozat président du syndicat agricole est l'invité de France Bleu Isère.

Gel, sécheresse, la FDSEA 38 plaide pour un meilleur système assurantiel
Gel, sécheresse, la FDSEA 38 plaide pour un meilleur système assurantiel © Radio France - Thibault Delmarle

La deuxième édition de la "Nuit de l'agriculture" de la FDSEA Isère a lieu ce mardi soir à 19 heures à Beaucroissant. C'est l'occasion de tables rondes destinées à débattre des sujets d'actualité de l'agriculture. Une quarantaine de personnes sont invitées cette année. Avant ce rendez-vous Jérôme Crozat, président du syndicat agricole dans le département, est l'invité de France Bleu Isère. Il répond à Nicolas Crozel.

Jérôme Crozat c'est la deuxième fois que vous organisez cette "Nuit de l'agriculture". Quels thèmes sont abordés ? On est en période électorale et vous souhaitez, j'imagine, alerter les élus. Sur quels sujets ? 

C'est un rendez-vous qui regroupe les syndicats agricoles, la Chambre d'agriculture mais aussi les organismes économiques, coopératifs, Crédit Agricole, MSA, ainsi que des représentants d'outils "techniques" dont a besoin, d'autres outils techniques dont le Groupement de défense sanitaire (GDS), le Centre d'économie rurale de l'Isère (CER 38), etc. C'est une biennale à laquelle nous souhaitons aussi inviter le monde des décideurs. Il y a deux ans nous avions invité le département, la région, madame la députée de la circonscription.

Sur le fond quelles sont vos problématiques ?

Les problématiques elles sont connues, à force de les présenter. C'est la loi EGALIM -sensée équilibrer les relations entre agriculture et grande distribution- qui n'est pas à la hauteur. Et depuis 2008 et la mise en place de la LME (Loi de modernisation de l'économie) nous sommes quand même orphelins sur la régulation des prix. Ça déstructure nos entreprise puisque ça nous prive d'une capacité de retour financier qui nous permettrait de faire face à des épisodes comme la sécheresse, comme le gel, par exemple.

Justement si on évoque ce gel Jérôme Crozat, comment on peut anticiper, lutter peut-être ? Vous avez besoin d'argent pour organiser des systèmes qui vous protègerait mieux ou vous êtes condamnés à subir et à vivre ensuite des subventions pour réparer ?

S'il y a un gel qui n'est pas très fort on peut bien sûr avoir des outils. Par contre, avec un gel à moins sept, moins huit, la seule solution c'est de trouver un système assurantiel qui permette de passer les années, "trentenaires" on va dire, qui sont terribles en terme de gel.

Pour l'instant, vous n'êtes pas assez bien couvert au niveau des assurances ?

Le système est à réinventer. Aujourd'hui il y a quand même un système d'assurance mais par contre tout le monde n'est pas assuré parce que c'est très cher. Donc il y a un autre système à imaginer et à mettre en place. Peut-être avec le soutien de l'Europe. On est en train de décider de la future Politique agricole commune (PAC) et nous ce qu'on souhaite c'est d'avoir une PAC ambitieuse, c'est à dire pas une PAC de guichet où on va chercher 200 ou 300 euros à l'hectare, mais qu'on puisse se servir de la PAC pour pouvoir aussi investir, palier aux épisodes de sécheresse et à tous ces épisodes que peut traverser l'agriculture. Parce que l'agriculture c'est travailler avec un monde vivant ! Quand vous montez des moellons, le lendemain à moins d'un tremblement de terre ils sont toujours au même endroit. En agriculture si il y a eu un coup de vent toutes vos cultures sont peut-être par terre, vous avez peut-être perdu un veau à la naissance parce que vous n'étiez pas là dans la nuit... Travailler avec du vivant c'est différent de la métallurgie ou autres segments de métiers, même si dans ces métiers là il y a aussi des difficultés.  

  • La deuxième "Nuit de l'agriculture", tables rondes et débats c'est donc ce mardi soir à Beaucroissant.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess