Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La FDSEA en procès à Laval, une centaine d'agriculteurs en soutien devant le tribunal

vendredi 31 mars 2017 à 18:42 Par France Bleu Mayenne, France Bleu Mayenne

Une centaine de personnes se sont rassemblées ce vendredi matin devant le tribunal de grande instance de Laval, en soutien à l'ex Présidente de la FDSEA Florence Désillière et à deux agriculteurs accusés d'avoir participé à une opération coup de poing au péage de La Gravelle en 2011.

© Radio France - Benjamin Billot

Laval, France

Une conseillère régionale et deux agriculteurs sur le banc des prévenus! C'était le procès ce vendredi matin à Laval de la FDSEA, accusée de dégradation en 2011, lors de contrôles de marchandises au péage de la Gravelle. Les agriculteurs sur place avaient brûlé et jeté des tonnes de charcuterie, pour des centaines de milliers d'euros de préjudice.

Le procès a eu lieu, après 6 ans de procédure et la plainte de la fédération française des industriels charcutiers et traiteur. Sur le banc des accusés, deux agriculteurs de Loiron et d'Astillé, mais surtout Florence Désillière, élue régionale et ancienne présidente de la FDSEA. Pendant le procès - qui a duré 4 heures - elle a assuré qu'à l'époque, le mot d'ordre était juste de contrôler les camions, pas de détruire.

Le procureur note lui que les mêmes dégradations ont été commises lors de 3 manifestations et que Florence Désillière aurait pu chercher les fauteurs de troubles pour que cela ne se reproduise pas. Il a requis de la prison et des amendes avec sursis. Le jugement a été mis en délibéré au 26 mai à 9h.