Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La "ferme des 1.000 veaux" en Creuse visée par une enquête

mardi 22 décembre 2015 à 12:35 Par Maxime Tellier, France Bleu Creuse et France Bleu

Le centre d'engraissement de jeunes bovins de Saint-Martial-le-Vieux, baptisé "ferme des 1.000 veaux" par ses détracteurs, est la cible d'une enquête pour prises illégales d'intérêt. Le parquet de Guéret a saisi la gendarmerie après une plainte d'un collectif d'opposants.

Le centre d'engraissement en juillet 2015 pendant une manifestation de soutien
Le centre d'engraissement en juillet 2015 pendant une manifestation de soutien © Maxppp - Bruno Barlier

Saint-Martial-le-Vieux, France

C'est la dernière action lancée par le Collectif OEDA (Oui à l'étourdissement dans les abattoirs), opposant de longue date au projet de centre d'engraissement de Saint-Martial-le-Vieux, et cette fois la justice est impliquée. Dans une lettre adressée à Aurore Lenoir, coordinatrice du Collectif, le Procureur de la République de Guéret, Sébastien Farges, indique qu'il a "saisi le 12 novembre la gendarmerie nationale de cette enquête dont le développement prendra plusieurs mois" (voir document ci-dessous).

Le Collectif OEDA a transmis une plainte le 27 octobre au procureur dans laquelle il dénonce un conflit d'intérêt : "'parmi les principaux actionnaires [du centre d'engraissement], sont présents des élus et des fonctionnaires ayant activement participé aux décisions publiques intéressant directement la SAS (société par actions simplifiée) Alliance Millevaches. Ces délibérations concernent, entre autres, des prêts bancaires, des cessions de terrains, des versements de subventions, des marchés publics, des enquêtes et participations publiques, etc" (voir document ci-dessous également).

Le Collectif ajoute dans son courrier que "entre 2010 et 2015, il a pu être recensé un nombre constant d'irrégularités pénales. Celles-ci concernent essentiellement des prises illégales d'intérêt (...). Loin d'être uniques ou exceptionnelles, ces délibérations sont au contraire foisonnantes et ne respectent pas l'essence de la probité - fondement même de l'éthique des fonctionnaires et élus locaux." En somme, le Collectif reproche à ces élus locaux de voter des financements pour un projet dans lequel ils sont engagés à titre privé : Michel Lacrocq, éleveur et président de la SAS Alliance Millevaches, est aussi maire de Malleret, commune membre de la Communauté de communes Sources de la Creuse.

Une enquête qui n'empêche pas l'ouverture

Mais du côté des porteurs du projet, qui implique une cinquantaine d'éleveurs locaux de Creuse et de Corrèze, on attend de voir. Jean-Marc Michelon, président de la communauté de communes des Sources de la Creuse, qui finance le centre d'engraissement, répond au collectif : _"dans un secteur très rural comme le nôtre, on se retrouve souvent avec des personnes qui sont élues et qui sont également impliquées dans un projet. Si on n'avait pas cette possibilité, on ne pourrait rien faire et on n'aurait jamais personne de disponible ! On a vraiment l'impression avec cette nouvelle affaire que des gens dépensent beaucoup d'énergie pour faire échouer notre projet."

Pour le moment, l'enquête judiciaire ouverte par le parquet de la Creuse n'est pas suspensive, le centre d'engraissement doit accueillir ses premières bêtes au début du printemps 2016. Mais le Collectif OEDA prévient qu'il examinera toutes les voies de recours pour empêcher son ouverture ; une manifestation de ces opposants est déjà prévue à Guéret le 26 mars contre la "ferme des 1.000 veaux"_.

Le centre d'engraissement de Saint-Martial-le-Vieux cible d'une enquête