Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : La ruralité : un enjeu électoral 2017

La ferme historique de l'Essart reprend vie à Lussac-les-Eglises

vendredi 3 mars 2017 à 5:00 Par Adrien Bossard, France Bleu Limousin

La mairie de Lussac-les-Eglises, en Haute-Vienne, avait lancé un appel à candidatures pour que des exploitants reprennent la ferme de l'Essart. Appel entendu, trois personnes vont travailler ensemble. Et cela donne des idées à la municipalité.

La ferme de Lussac-les-Eglises est reprise par trois exploitants.
La ferme de Lussac-les-Eglises est reprise par trois exploitants. © Radio France - Adrien Bossard

Lussac-les-Églises, France

C'est un projet agricole hors du commun. La mairie de Lussac-les-Eglises, dans le nord de la Haute-Vienne, a cherché des exploitants agricoles, en avril dernier, pour faire perdurer l'activité sur la ferme de l'Essart. Il s'agit d'une bâtisse appartenant à la municipalité, après un don datant du 17e siècle.

"Si l'on ne fait rien, notre commune mourra", Daniel Maitre, maire de Lussac-les-Eglises

Laissée vacante après le départ du dernier exploitant, il y a quelques mois, elle n'était que simplement entretenue depuis. Pas de question pour la mairie de laisser cette ferme sous-exploitée. Après l'appel à candidatures, 20 personnes ont postulé et 3 dossiers ont été retenus, pour faire de l'élevage porcin et ovin, du maraîchage bio et de l'apiculture. "Il en va de l'avenir de notre commune, explique le maire Daniel Maitre. Nous sommes dans une commune rurale où l'agriculture est l'activité principale. Et si l'on ne fait rien, alors notre commune mourra."

Des légumes déjà en vente directe

Grégoire, jeune maraîcher de 29 ans, vient d'arriver sur l'exploitation. - Radio France
Grégoire, jeune maraîcher de 29 ans, vient d'arriver sur l'exploitation. © Radio France - Adrien Bossard

Le premier exploitant, Sylvain, est arrivé il y a 7 mois déjà. Ce Nordiste, exproprié à cause du plan d'urbanisme dans son Pas-de-Calais natal, a été séduit par le projet. "Quand j'ai su que des maisons allaient s'installer sur mes terres, je me suis dit qu'il fallait que je trouve autre chose. Et j'ai vu cette annonce. De l'élevage, du maraîchage et de l'apiculture, c'est ce que je faisais déjà. Et le fait d'être à plusieurs, ça m'a plu." Pour l'occasion, pas besoin de démarcher les banques, seulement de reverser un loyer à la commune à hauteur de 250 euros.

Sylvain cultive déjà sur ses 80 hectares. Navets, poireaux et pommes de terres trouvent place sur l'étalage installé dans une pièce qui sert à la vente directe. Depuis quelques jours, il peut compter sur Grégoire, jeune maraîcher de 29 ans, avant l'arrivée de l'apiculteur, très prochainement.

Grégoire et Sylvain commencent à discuter du travail à effectuer.  - Radio France
Grégoire et Sylvain commencent à discuter du travail à effectuer. © Radio France - Adrien Bossard

Ce n'est qu'une question de mois avant que la ferme de l'Essart ne tourne à plein régime et retrouve son lustre d'antan. Daniel Maitre a le sourire. "C'est très positif, Sylvain est bien intégré, et les retombées sont énormes. De plus en plus de monde vient pour la vente directe [[NDLR : du lundi au samedi, de 17h30 à 20h]], c'est l'avenir."

"Les retombées sont très positives", Daniel Maitre, maire de Lussac-les-Eglises

"Des demandes d'agriculteurs qui veulent s'installer chez nous", Daniel Maitre, maire de Lussac-les-Eglises

Le maire voit même plus loin. "Bien sûr, ça nous donne des idées. Nous avons des demandes d'éleveurs qui veulent que l'on installe, à l'Essart, une salle de découpe pour la viande. Et surtout, nous avons plein de demandes d'agriculteurs qui veulent s'installer chez nous. C'est l'inverse qui se produit. Et c'est tant mieux. On essaie de chercher maintenant."

Le reportage d'Adrien Bossard

  - Aucun(e)

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.