Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La fièvre catarrhale migre de Corse en Haute-Savoie

mercredi 29 novembre 2017 à 6:09 Par Patrick Rossi et Caroline Filippi, France Bleu RCFM et France Bleu

Un négociant peu scrupuleux a permis l’introduction d’animaux porteurs de la fièvre catarrhale en Haute-Savoie. Les animaux provenaient de Corse. Les règles n’auraient pas été respectées.

La fièvre catarrhale migre de Corse en Haute-Savoie
La fièvre catarrhale migre de Corse en Haute-Savoie © Maxppp -

Haute-Savoie, France

Un veau atteint de fièvre catarrhale et provenant de Haute-Savoie détecté début novembre dans un élevage de l'Allier. Rien à voir, de prime abord, avec la Corse. Sauf que sa mère a été importée de Corse où 193 foyers de ce « sérotype 4 » ont été recensés. La fièvre catarrhale est une maladie mortelle pour la race ovine et qui peut donc toucher les bovins. Depuis le veau a été abattu, mais c'est le premier cas détecté en France continentale et c'est apparemment un négociant peu scrupuleux qui en est à l'origine. C'est ce que précise la FDSEA de Haute-Savoie qui a porté plainte contre X. Une enquête est en cours. Il faut savoir que les animaux qui sortent de Corse, et c'est le cas des bovins, ne peuvent être destinés qu'à l'abattage en raison de la présence de foyers de fièvre catarrhale sur l’île.

Un protocole à respecter

Un commerce existe bien entre la Corse et le département de la Haute-Savoie, opéré par un négociant. Les animaux sont donc acheminés directement à l'abattoir mais en respectant un protocole bien particulier. Ils doivent être désinsectisés et abattus sous 24 heures car le moucheron qui véhicule le virus peut rapidement contaminer les animaux se situant dans le périmètre.

Le négociant en question n'a donc pas respecté les règles. La vache importée de Corse n'a pas été abattue et elle a donc transmis le virus à sa progéniture. Un deuxième cas de fièvre catarrhale a même été détecté dans un élevage voisin.

Aujourd'hui, les éleveurs savoyards sont en colère. Cette affaire a un impact économique important sur de nombreuses exploitations. Un périmètre de surveillance sanitaire a été mis en place. La vaccination est obligatoire. L'Etat devrait d'ailleurs débloquer une enveloppe à cet effet. La vente de veaux est, elle, au point mort. Et les génisses, qui l'hiver partent en villégiature dans le sud, sont restées à l'étable. La FDSEA de Haute-Savoie met l'accent sur des pertes directes importantes et dénonce une entrave à la liberté du commerce. Le syndicat agricole précise également que les autorités et les éleveurs insulaires ne sont en rien responsables dans cette affaire.