Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La filière alsacienne de la betterave sucrière menacée par une maladie, la jaunisse nanisante

Les champs de betterave sont infestés par les pucerons verts, qui apportent une maladie, la jaunisse nanisante. Le jaunissement du feuillage entrave la croissance de la betterave. Les rendements s'annoncent catastrophiques. La profession aimerait utiliser un insecticide interdit depuis deux ans.

Les rendements de la betterave sucrière pourraient baisser de 50% à cause de la jaunisse nanisante
Les rendements de la betterave sucrière pourraient baisser de 50% à cause de la jaunisse nanisante © Maxppp - PQR l'Alsace

"On a eu une attaque très forte des pucerons qui transmettent ce virus de la jaunisse nanisante", déplore Franck Sander. L'agriculteur d'Ohlungen préside la FDSEA du Bas-Rhin, mais aussi la Confédération générale des planteurs de betteraves. Après un hiver doux et un printemps chaud, l'Alsace (comme les autres régions productrices, les Hauts-de-France, l'Ile-de-France particulièrement touchée, la Normandie et tout le Grand Est) connaît une invasion exceptionnelle de pucerons verts, qui sont vecteurs de la jaunisse virale de la betterave. Cette maladie conduit à un jaunissement des feuilles, qui entrave la croissance de la betterave. 

Pas de dérogation pour utiliser un insecticide

La Confédération générale des planteurs de betteraves, demande donc une dérogation temporaire pour utiliser des insecticides (les néonicotinoïdes), qui sont interdits depuis 2018 et qui seraient le seul traitement efficace contre ces pucerons. _"14 des 19 pays européens producteurs de betteraves ont autorisé cette dérogation en cas de crise sanitaire, mais pas la France, qui fait bande à part comme d'habitude_, regrette Franck Sander. Qui va porter la responsabilité de faire perdre autant d'argent dans les fermes, jusqu'à 50% de rendements en moins ? L'Etat commence à parler de compensations financières, ce n'est pas la solution. La solution est technique, agronomique. Nous on ne veut pas vivre sous perfusion des aides, des subventions. Quand on voit la crise, les emplois supprimés partout suite au Covid, et que nous, on a des emplois qui vont être supprimés, alors que la solution existe, ça serait un vrai scandale". 

Une culture très rentable

La betterave sucrière est une culture parmi les plus rentables. Elle apporte plus de 400 euros de revenus par hectare aux plus de 500 producteurs recensés en Alsace. 6.000 hectares sont cultivés essentiellement au Centre Alsace. Des betteraves qui alimentent la sucrerie d'Erstein.

Le ministère de l'agriculture cherche une solution

"Cela fait trois semaines que je travaille d'arrache-pied pour essayer de trouver une solution", a affirmé à l'Assemblée Julien Denormandie, nommé à l'Agriculture lors du remaniement au début du mois. "Ce secteur de la betterave que je respecte", stratégique pour la "souveraineté alimentaire" de la France, "jamais, jamais, jamais je ne l'abandonnerai", a souligné le ministre : "On a un double choix, on change la loi (pour autoriser à nouveau les néonicotinoïdes) ou on met une filière avec énormément de soutien financier, ce sur quoi nous travaillons avec le Premier ministre". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess