Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La FNSEA et les Jeunes Agriculteurs 63 vont bloquer le dépôt de carburant de Cournon

vendredi 8 juin 2018 à 15:19 Par François Rauzy, France Bleu Pays d'Auvergne

Les agriculteurs de la FNSEA et des JA dans le Puy-de-Dôme craignent toujours l'accord entre l'UE et le Mercosur sur les importations de produits agricoles en provenance d'Amérique du Sud. Ils prévoient de bloquer le dépôt de carburant de Cournon du 10 au 13 juin prochain.

Dépôt de carburant de Cournon
Dépôt de carburant de Cournon © Maxppp - PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP

Cournon-d'Auvergne, France

Le dépôt de carburant de Cournon devrait être bloqué du 10 au 13 juin. Une action prévue par les syndicats agricoles de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs du département. Ils s'élèvent contre la possibilité de l'accord UE-Mercosur. Un accord qui verrait l'ouverture au marché européen de nombreux produits agricoles sud-américains, ce qui créerait une concurrence déloyale selon les syndicats. Des produits qui seraient également soumis à des normes sanitaires beaucoup plus laxistes qu'en Europe.

Le bloquage de Cournon

Richard Randanne est secrétaire général et trésorier de la FNSEA 63 : " C'est un avertissement au gouvernement pour les mettre en face de leurs incohérences. Dans les importations prévues avec le Mercosur il y a notamment l'huile de palme, qui vient contrecarrer la filière colza pour la production d'éthanol en France. " D'où cette action au dépôt de Cournon, pour défendre la filière colza. Mais l'impact du Mercosur redouté par les syndicats ne s'arrête pas là.

L'exemple du GAEC Cluzel Heurtier

La ferme fait vivre trois associés, dont Sébastien Cluzel, qui reçoit sur son exploitation. L'éleveur possède 110 vaches allaitantes de race charolaise. Des vaches qui vivent en plein air pendant la majeure partie de l'année, et qui sont nourries avec des céréales produites directement sur l'exploitation.

On fait tout ce qu'on peut pour faire de la qualité, répondre aux exigences sanitaires et réglementaires qui sont imposées par Bruxelles. Et on va être mis en concurrence avec des produits qui ne répondent pas à ces exigences, notamment au niveau environnemental. - Sébastien Cluzel

Alors qu'il nourrit ses deux taureaux, Neuilly et Newman, Sébastien Cluzel ajoute : " Franchement c'est complètement déloyal. Mais au-delà de ça, si certains des produits de ces taureaux (Neuilly et Newman, NDLR) terminent à l'abattoir et que vous mangez un steak de ces animaux-là, ou un steak venu d'une grosse exploitation en Argentine, je peux quand même mettre ma main à couper que ça n'aura pas la même saveur. " En cause selon la FNSEA et les JA, l'utilisation d'hormones par les exploitants d'Amérique du Sud.