Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La grêle a fait de gros dégâts dans certaines cultures de la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les orages du début de semaine ont fait des dégâts importants dans certaines cultures. Dans la vallée du Gier, sur les hauteurs de Chagnon, les arbres fruitiers de David Tambuzzo ont été durement impactés par la grêle.

Dans les arbres, des pêches sont percées de petites trous marrons, l'impact des grêlons.
Dans les arbres, des pêches sont percées de petites trous marrons, l'impact des grêlons. © Radio France - Guillemette Franquet

Chagnon, France

Certains cultivateurs se sont réjouis de la pluie, venue abreuver leurs terres trop sèches. D'autres ont vu la grêle détruire leurs arbres fruitiers ou leurs vignes. Les conséquences sont nombreuses  : arbres abîmés, branches cassantes, fruits amochés voire immangeables. 

L'écorce des arbres fruitiers est tailladée par la grêle. - Radio France
L'écorce des arbres fruitiers est tailladée par la grêle. © Radio France - Guillemette Franquet

C'est le cas de David Tambuzzo, qui a repris en mai seulement l'exploitation de son patron, sur les hauteurs de Chagnon, dans la vallée du Gier. La grêle a mis à mal sa récolte de pommes, abricots, pêches et poires. Heureusement, les cerises avaient déjà été cueillies, mais tous les jeunes arbres tailladés par la grêle ne donneront pas ou peu de fruits l'année prochaine et peut-être même la suivante. 

David Tambuzzo face à ses pêchers, abîmés par la grêle. - Radio France
David Tambuzzo face à ses pêchers, abîmés par la grêle. © Radio France - Guillemette Franquet

"Il faut essayer de garder le moral"

Certains fruits pourrissent sur la branche, quand les perce-oreilles rentrent dans les trous formés par la grêle sur les fruits. Cette année, David Tambuzzo ne pourra pas vendre ses fruits en gros. A la vente au détail, il trouve client tout de même, mais uniquement pour faire des produits transformés, de la compote et des jus.

L'arboriculteur doit vendre moitié prix ses fruits abîmés. Il lui faudra également tailler ses arbres, leur administrer un traitement au cuivre et attendre parfois un an ou deux que les branches repoussent et portent à nouveau des fruits. Mais David Tambuzzo sourit : "Il faut essayer de garder le moral. Si on n'a pas le moral, impossible de faire ce métier !".

Avec ces pertes, il sera difficile à l'arboriculteur d'investir dans du matériel neuf. David Tambuzzo réfléchit tout de même à acheter des filets anti-grêle : "L'investissement est très coûteux, 50 000 euros par hectare. Ça fait réfléchir, la première année, quand on vient de se lancer !".