Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des vignes et des cerisiers ravagés par une averse de grêle à Venasque

-
Par , France Bleu Vaucluse

Plusieurs communes de Vaucluse ont été frappées par un orage de grêle vendredi 29 mai. A Venasque, une famille de producteurs est dans la tourmente, elle vient de perdre une quinzaine d'hectares de vignes et de cerisiers.

A Venasque, la famille Favier a perdu toute sa production de vignes à cause d'une averse de grêle.
A Venasque, la famille Favier a perdu toute sa production de vignes à cause d'une averse de grêle. © Radio France - Aurélie Lagain

" On n’avait pas besoin de ça ", soupire Julia Favier. Elle et son mari, producteurs de cerises et propriétaires d'un vignoble à Venasque ont été surpris par l'orage de grêle qui a traversé le Vaucluse vendredi 29 mai, vers 16 heures 30. "Ca a duré quarante-cinq minutes ", témoigne l'agricultrice. Près de quinze hectares de leurs cultures ont été ravagés.

Les communes de Venasque et de Méthamis sont les principaux secteurs du département qui ont été touchés par ces intempéries.

Des dégâts à cause de la météo on en a déjà eu, mais d’habitude c’est une ou deux parcelles. Julia Favier, productrice de cerises à Venasque

"Heureusement qu’on a la moitié de nos cerisiers à Saint-Didier où la grêle n’est pas tombée", poursuit l'agricultrice. A Venasque, une grande partie de leurs cerisiers a été touchée et toutes leurs vignes sont perdues.

La perte est colossale pour Julia qui travaille avec son mari et son fils, Nicolas : " C’est un désastre… Des dégâts à cause de la météo on en a déjà eu, mais d’habitude c’est une ou deux parcelles qui sont impactées. "

Pour l’instant, difficile d'estimer le montant des pertes, il faudra attendre une dizaine de jours pour voir si les cerises sèchent et cicatrisent. " Si les cerises sont trop abîmées , ça ne vaudra même pas le coup de les ramasser, déplore Julia Favier, qui souligne au passage, "nous n'étions pas assurés en cas de grêle."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu