Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La laine de mouton fait perdre de l'argent aux éleveurs

mercredi 27 juillet 2016 à 19:14 Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire

Plusieurs points de collecte se tiennent en ce moment dans la Loire et la Haute-Loire. Les éleveurs de brebis y vendent leur laine contre un petit chèque, sans grand espoir de rembourser le coût de la tonte.

Près de cinquante éleveurs sont venus vendre leur laine à Yssingeaux lundi dernier.
Près de cinquante éleveurs sont venus vendre leur laine à Yssingeaux lundi dernier. © Radio France - Angy Louatah

Lundi à Yssingeaux, mercredi à Landos, Brioude, Saint-Paulien et la Versanne, jeudi à Usson-en-Forez. C'est le moment pour les éleveurs de brebis de Loire et de Haute Loire de vendre la laine de leurs animaux. Comme chaque année, les fédération départementales ovines de Haute Loire et de Loire organisent des collectes de laine après avoir négocié les prix d'achat avec les collecteurs.

70 centimes le kilo : les éleveurs sont perdants

Cette opération permet aux éleveurs de récupérer une partie de l'argent qu'ils ont dépensé pour faire tondre leurs bêtes. Mais ce n'est qu'une partie seulement, car la tonte coûte parfois cher. Sur les 150 euros qu'il a dépensé pour faire tondre ses bêtes, Jean-Noël, installé au Pertuis, en récupère seulement 137. D'autant que cette année,  les prix de rachat de sa laine blanche du massif central (BMC) sont 20 centimes moins élevés que l'an dernier. Alors au moment de récupérer son chèque, Jean-Noël ne saute pas de joie.

Cela ne paye même pas le coût de la tonte... ça ne gagne rien !

C'est emballé, c'est pesé... mais ça ne rapporte pas grand chose

La laine française est en crise

Le chèque lui est remis par l'une des toutes dernières entreprises de transformation de la laine située en France. Sarah y travaille depuis plusieurs années, la laverie est située à Souvigny dans l'Allier. Sarah a conscience que le prix d'achat n'est pas très élevé, mais elle relativise.

C'est mieux que rien, de toute façon la laine est considérée comme un déchet par certains éleveurs. (Sarah, usine de transformation de la laine située dans l'Allier)

Pour Jérémy Convers de la fédération départementale ovine de Haute-Loire, cette collecte sauve les meubles. La laine est plus une contrainte qu'autre chose pour les éleveurs de brebis et le marché de la laine française souffre de la concurrence internationale.

"Si les brebis n'avaient pas de laine, ça arrangerait les éleveurs" (Jérémy Convers, FDO)