Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La "maladie d'amour" plutôt que des pesticides dans le vignoble nantais

jeudi 12 avril 2018 à 3:05 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

De plus en plus de viticulteurs du vignoble nantais utilisent la "confusion sexuelle" plutôt que des pesticides pour se débarrasser des papillons qui attaquent la vigne. Une méthode qu'ils considèrent comme moins nocive et plus efficace.

Les capsules installées ces jours-ci seront efficaces jusqu'aux vendanges
Les capsules installées ces jours-ci seront efficaces jusqu'aux vendanges - Droit Devant

Loire-Atlantique, France

Ne riez pas, c'est très sérieux ! Pour se débarrasser des papillons qui attaquent les vignes du Muscadet, les viticulteurs de la région nantaise utilisent la "confusion sexuelle". Ils considèrent que c'est plus efficace et moins nocif que les pesticides. Cette méthode sera utilisée cette année sur 2.000 des 10.000 hectares du vignoble.

Les papillons mâles sont perturbés, ils ne trouvent pas les femelles et ils meurent d'épuisement

Il s'agit d'une petite capsule qui s'accroche juste à côté des ceps de vigne. À l'intérieur, il y a des phéromones de synthèse, identiques à celle produites par les femelles papillons et qui font tourner la tête des mâles. "Nous saturons l'air avec ces phéromones ce qui empêche les mâles de trouver les femelles, ça les perturbe et ils finissent par mourir d'épuisement", explique Emmanuel Vereecke, technicien chez BASF, le fabricant du produit. Les papillons mâles succombent donc à une "maladie d'amour" selon les termes du groupe chimique allemand.

Des chenilles responsables du botrytis, le fléau de la vigne

Et si mâles et femelles ne se rencontrent plus, il n'y a plus de reproduction et donc plus aucunes de ces chenilles qui se développent sur les grappes. "Dans le meilleur des cas, s'il le temps est sec, le grain de raisin va sécher sans faire pourrir ceux qui le touche. Mais ça fait quand même de la perte, surtout quand il y a beaucoup de chenilles. Et s'il fait humide, là, il y a en plus de la pourriture. Le botrytis (le champignon responsable de la "pourriture grise", ndlr) s'installe", explique Christian Gauthier, le président de la fédération des Vins de Nantes. 

Des capsules installées au printemps et efficaces jusqu'à l'automne

Lui, ça fait quatre ans qu'il utilise la "confusion sexuelle" pour se débarrasser des papillons dans son exploitation de Saint-Hilaire-de-Clisson. "Ça coûte plus cher que les pesticides mais c'est plus efficace. On installe les capsules au printemps et on est tranquille jusqu'aux vendanges. Alors qu'avec les pesticides, il fallait repasser plusieurs fois, à chaque génération de papillons. Et puis, bien sûr, comme ça on ne met plus d'insecticide sur nos raisins".

Une méthode respectueuse du reste de la faune

Et seuls les papillons ressentent les effets de ces hormones de synthèse assure Emmanuel Verrecke de BAF : "c'est vraiment une lutte spécifique contre ces deux papillons qui attaquent la vigne, les Eudémis et les Cochylis. On reste respectueux de toute la faune qu'il y a autour".

Cette année, 20% du vignoble nantais sera traité avec ces capsules, soit 2.000 hectares sur 10.000.