Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La Nobilienne : une nouvelle bière dans le Poitou

-
Par , France Bleu Poitou

Une nouvelle microbrasserie va voir le jour dans le Poitou. À l'origine du projet, deux frères de Nouaillé-Maupertuis, Arthur et Nicolas Irani. Ils vont travailler ensemble.

 Les frères Irani lancent la marque La Nobilienne : de la bière et des bocaux de légumes
Les frères Irani lancent la marque La Nobilienne : de la bière et des bocaux de légumes © Radio France - Lisa Melia

Nouaillé-Maupertuis, France

"Il y a dix ans, il n'y avait qu'une microbrasserie dans la Vienne, alors qu'aujourd'hui, on voit de nouveaux projets régulièrement." Arthur Irani sait de quoi il parle : avec l'aide de son frère aîné, Nicolas, il s'apprête à lancer sa propre marque de bière dans le Poitou, La Nobilienne.

A l'occasion du Poitou Bière Festival, les frères Irani présenteront les dernières avancées de leur projet. S'ils collaborent, chacun a sa compétence et n'empiète pas sur l'activité de l'autre.

Côté maraîchage

Nicolas, l'aîné, se lance dans le maraîchage. Pour l'instant, il s'occupe de ses semis. Tomates, aubergines, persil et basilic attendent sagement de prendre leurs aises, une fois plantés, et de donner les premières récoltes. Une agriculture biologique. "Je n'ai pas le label, pour l'instant, précise Nicolas. Mais _je n'utilise pas de pesticides_. De toutes façons, je n'ai pas appris à en utiliser, je ne sais pas faire, cela ne m'intéresse pas."

Les pousses de houblons ne mesurent pour l'instant que quelques centimètres. - Radio France
Les pousses de houblons ne mesurent pour l'instant que quelques centimètres. © Radio France - Lisa Melia

Nicolas s'est formé dans le Périgord. Titulaire d'un bac littéraire, après une licence de philosophie, il décide de mettre les mains dans la terre. "J'ai toujours aimé ça, avoue-t-il dans un grand éclat de rire. Petit, déjà, je passais mon temps à observer les plantes et les insectes." En plus du maraîchage, il prévoit un atelier de transformation de légumes, pour vendre des bocaux. 

J'ai envie de mettre la main à la pâte

S'ajouterait, dans un second temps, une activité de production de plantes aromatiques médicinales, menée par Elsa, la compagne de Nicolas.

Côté bière

Pour Arthur, la trajectoire est similaire : bac littéraire, études de géographie à la Sorbonne... les frères Irani, fils d'un couple de médecins, se définissent comme des urbains. Ils font partie de ces "néo-ruraux", qui se lancent dans une activité agricole, sans avoir grandi dans cet environnement. Comme son frère, Arthur a donc choisi un métier manuel : la bière. "Je me destinais à la recherche, mais je me suis rendu compte que j'étais plus heureux quand je passais mes journées à brasser !"

Le jeune homme en parle avec passion : "Je voudrais avoir une bière blonde, de type pale ale, très aromatique. Puis une gamme éphémère qui varie selon les saisons. Pour moi, les bonnes bières, ce sont des bières qui parlent à tout le monde, qui réveillent de nouvelles sensations chez les gens qui ne sont pas des aficionados de la bière. Ça, c'est l'objectif." Il ne vise pas le créneau des bières de dégustation, très fortes en goût, qui nécessitent souvent un palais très expérimenté. Sans renoncer à faire découvrir des saveurs aux consommateurs.

Travailler en famille

Arthur et Nicolas ont unis leurs talents, pour permettre à la Nobilienne de voir le jour. À quelques minutes en voiture de chez eux se trouve le terrain sur lequel Nicolas fait pousser le houblon. Pour l'instant, les plantes ne font qu'une poignée de centimètres, mais à terme, des lianes entières s'enrouleront sur la structure métallique montée par les deux frères et leur bande d'amis. "C'est dans trois ans que nous serons au maximum de la capacité", précise Nicolas.

Le nom de la marque qui englobera les deux activités n'est pas non plus choisie par hasard. Les deux natifs de Nouaillé-Maupertuis adorent leur commune et ils veulent, avant tout, se développer dans des circuits courts, pour les consommateurs locaux. "J'aimerais fournir des associations locales, par exemple", s'enthousiasme Arthur.

Pour l'heure, les deux frères proposeront bocaux de légumes et bières dans leur local, en cours d'aménagement. Une manière de proposer des produits à prix abordables, sans intermédiaires ou très peu. Un local aménagé de sorte à récupérer l'eau, utiliser des bouteilles avec consignes et tout un fonctionnement aussi écologique que possible.

Arthur (à gauche) et Nicolas Irani - Radio France
Arthur (à gauche) et Nicolas Irani © Radio France - Lisa Melia

Une campagne de financement participatif

Les frères sortiront les premières caisses de Nobilienne d'ici septembre prochain. Pour réaliser leur projet, ils ont eu recours au financement participatif. Ils ont même réalisé un clip de rap.

La vidéo a eu un succès fou autour de Nouaillé-Maupertuis. Elle leur a permis d'atteindre et de dépasser leur objectif. Ils espéraient obtenir 5.000 euros. Alors qu'il reste un mois avant la fin de la campagne, ils ont dépassé les 11.000 euros.

La concurrence ne leur fait pas peur. Certes, les microbrasseries sont de plus en plus nombreuses dans le Poitou. Arthur cite notamment la brasserie Chinché, chez qui il a pu engranger de l'expérience, après quatre mois d'observation. Les Pirates du Clain, eux, proposent des gammes beaucoup plus fantaisistes. Arthur donne aussi en exemple la Brasserie de Bellefois, l'un des historiques du secteur dans le département. "Chacun a son univers, chacun a son identité", se réjouit Arthur.

La Nobilienne ne devrait être produite qu'à 500 litres par mois, maximum, dans un premier temps. Un volume plutôt modeste. "D'autres sont plus développés et c'est très bien comme cela", affirme Arthur. "Il y a de la place pour tout le monde. Je trouve le modèle breton intéressant : il existe tout type de brasserie, il y a une dynamique entre brasseurs, pour créer de vraies filières de malteries locales. C'est ce qui nous manque dans le Poitou."

Le Poitou Bière Festival est un bon exemple, aux yeux des frères Irani : une initiative de brasseurs et de passionnés de bières, pour développer un savoir-faire 100% poitevin.

Choix de la station

France Bleu