Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : après le gel, l'agriculteur David Roy replante une partie de ses melons

-
Par , France Bleu Poitou

Près de deux semaines après le violent épisode de gel qui a touché les cultures de la Vienne, l'agriculteur David Roy, co-gérant des M'lons d'Alfred à Messemé, ressème une partie de ses plantations qui ont été grillées par le froid.

L'agriculteur David Roy, avec un plant grillé dans sa main
L'agriculteur David Roy, avec un plant grillé dans sa main © Radio France - Antoine Jeuffin

Sur une des parcelles de David Roy, cultivateur de melons à Messemé, dans le nord de la Vienne, 3 ouvrières agricoles s'affairent autour de "tunnels" de plastique, alignés dans le champ, qui abritent de nombreux plants de melon. 

Les plants de melon alignés sous les tunnels de plastique
Les plants de melon alignés sous les tunnels de plastique © Radio France - Antoine Jeuffin

L'objectif est de repérer ceux qui ont été grillés par le gel pour les remplacer par de nouveaux plants. "Quand c'est vert, on sait qu'il ne faut pas le changer, quand c'est un peu cramé, un peu jaune, on sait qu'il faut changer le plant parce qu'il est mort", explique Pauline. 

Il faut ensuite tirer sur le plastique, enlever le plant abîmé, et en planter un nouveau à la place. 

Les ouvrières agricoles remplaçant les plants gelés
Les ouvrières agricoles remplaçant les plants gelés © Radio France - Antoine Jeuffin

Les plants grillés ne peuvent pas fleurir et ne donneront pas de fruit 

David Roy, co-gérant des M'lons d'Alfred, prend un plant grillé dans sa main et montre que "le plant est gelé, il a les deux feuilles noires, il n'y a plus de racines, il faut le remplacer pour qu'un autre prenne sa place". 

Lors du gel il y a une quinzaine de jours, l'agriculteur a bien essayé de limiter les dégâts avec des brûlots, ces feux de paille à côté des plantations pour faire remonter la température, mais ça n'a pas assez bien marché. Aujourd'hui, s'il ne remplaçait pas les plants morts, il perdrait environ 5% de sa future récolte, soit près de 40 tonnes de melon. 

18.000 euros pour semer à nouveau

L'agriculteur explique qu'il "avait le choix" de ressemer ou non, mais que cela lui aurait fait gâcher de la main d'oeuvre lors de la récolte. Cependant, la cueillette sera "plus longue" et donc "plus coûteuse", assure David Roy : 

Quand les premiers melons vont être mûrs, ils auront 15 jours d'avance sur ceux qu'on vient de remplacer, et il y aura donc 15 jours de décalage entre les deux cueillettes. Ça va augmenter le coût de la récolte. 

L'agriculteur doit compter le coût actuel de ses replantations, "18.000 euros, calcule David Roy, entre l'achat de terreau en plus, de graines en plus, et la main d'oeuvre. On part déjà avec un handicap dans la saison", regrette le co-gérant de M'lons d'Alfred. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess