Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La pisciculture au régime sec dans les Vosges

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Des années de sécheresse et de canicule mettent à mal la pisciculture vosgienne tributaire de ruisseaux dont le débit ne cesse de baisser. La filière grosse consommatrice d'eau tente de s'adapter sans réelle alternative.

Truites dans un bassin piscicole
Truites dans un bassin piscicole © Radio France - Hervé Toutain

Entre Hadol et Xertigny dans les Vosges, la ferme piscicole du "Frais Baril", Michael Recchione y élève des truites et des ombles pour la vente au détail et la pêche de loisir. Une production annuelle de 25 tonnes soit 120 000 poissons à des stades de développement différents. Il faut un à deux ans, selon les espèces pour qu'une truite devienne adulte. Les bassins s'étagent en pente douce entre deux forêts de pins. L'eau cristalline et froide est brassée en permanence par une dizaine d'aérateurs pour maintenir un taux d'oxygène constant.

"Les fluctuations de débit sont énormes" souligne l'éleveur. "En quelques mois, on passe de la crue à la pénurie et cela fait plusieurs années que le phénomène perdure". La ferme piscicole est alimentée par la rivière Cône dont l'étiage est au plus bas cet été. Conséquence, impossible de renouveler l'eau des bassins toutes les heures comme il le faudrait pour le bien-être des poissons. Il faut donc réutiliser l'eau qui est appauvrie en oxygène. 

Une situation qui oblige Michael à rester en alerte en permanence. Une coupure de courant et c'est la catastrophe. Le réchauffement climatique dont les effets se cumulent d'année en année inquiète l'éleveur qui dit-il "n'a aucune alternative pour l'alimentation en eau de son exploitation."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess