Agriculture – Pêche

La première bergerie communautaire inaugurée en Dordogne

Par Julien Balidas, France Bleu Périgord jeudi 24 mars 2016 à 19:15

Le président du Conseil Départemental Germinal Peiro a coupé le ruban.
Le président du Conseil Départemental Germinal Peiro a coupé le ruban. © Radio France - Julien Balidas

Cette bergerie est basée dans le sud du département sur la commune de Campagnac-les-Quercy dans le Périgord noir. Le projet, qui coûte au total près de 300 000 euros, a été en partie financé par des aides publiques. Le département veut lutter contre les terres agricoles délaissées.

En aidant les éleveurs à s'installer, le but est de "garder un territoire vivant", estime Germinal Peiro, le président du Conseil Départemental qui rappelle qu'en dix ans, "le département a perdu un quart de ses exploitations agricoles." La communauté de communes est à l'origine de cette bergerie communautaire composée de 160 brebis pour le moment. Et le but c'est de développer la chose. D'ailleurs, des représentants du Béarn ou encore du Limousin étaient présents pour l'inauguration. Les échanges entre habitants, agriculteurs et élus sont de plus en plus nombreux et essentiels estime les acteurs concernés en Dordogne. Le pastoralisme en est la preuve : des propriétaires de terres inexploitées les laissent à disposition des éleveurs pour les animaux.

"Un projet noble"

Les deux éleveurs, Émeline et Steven n'ont pas hésité avant de s'installer. Ils arrivent de la Drôme. "C'est un projet noble. Le fait de lutter contre la déprise agricole c'est très important", explique Émeline. Le pastoralisme permet aussi de lutter contre les incendies, de rouvrir les paysages périgourdins. L'aide financière ajoutée à la collaboration des habitants, c'est la recette qui semble fonctionner.

"Pas facile de convaincre les propriétaires 

Malgré tout, convaincre les propriétaires de terres inexploitées, ce n'est pas évident. Vivian confirme, il est éleveur de brebis dans le Sarladais et pratique le pastoralisme."Ils pensent qu'on est là pour voler leurs terres mais ce n'est pas du tout ça. C'est vraiment un échange de bon procédé et surtout ils gardent la propriété de leur bien."

" Que les élus s'engagent ! "

Germinal Peiro lui insiste auprès des élus. "On a besoin d'eux et surtout des communautés de communes car elles ont la compétence en économie, et je dis aux élus engagez-vous, achetez des terres agricoles." Le pastoralisme en tout cas, fait des émules. En début d'année, une AFP, Association Foncière Pastorale, a vu le jour en Périgord noir. C'est en fait un regroupement de propriétaires de terre ainsi que des éleveurs. Et le procédé commence à faire tâche d'huile. D'autres AFP se sont crées par la suite dans le département. Le plus dur reste de trouver des éleveurs prêts à s'engager. Pour le moment, la bergerie de Campagnac est la seule à produire du fromage de brebis en Dordogne.

Emeline et ses brebis. - Radio France
Emeline et ses brebis. © Radio France - Julien Balidas