Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dix fois plus de vergers de châtaigniers en dix ans en Haute-Vienne, selon les producteurs du département

-
Par , France Bleu Limousin

C'est la pleine saison de la châtaigne, en ce moment. Avec la pomme, c'est l'autre fruit emblématique du Limousin, autour duquel toute la filière s'est réorganisée. Il y a en effet dix ans débutait un grand plan de relance des plantations. Où en est-on aujourd'hui ?

Châtaigne dans sa bogue (illustration)
Châtaigne dans sa bogue (illustration) © Radio France - Franck Daumas

C'est la pleine saison de la châtaigne, en ce moment. Avec la pomme, c'est l'autre fruit emblématique du Limousin, autour duquel toute la filière s'est réorganisée. Il y a en effet dix ans débutait un grand plan de relance des plantations. Où en est-on aujourd'hui ? "Nous avons beaucoup travaillé, c'est un bilan positif" a dit ce mardi matin sur France Bleu Limousin Emmanuel Rabaud, le Président du Syndicat des Producteurs de châtaignes en Haute-Vienne. "Il y a une dizaine d'années, nous avions une cinquantaine d'hectares de verger de marrons et châtaignes plantés, et aujourd'hui nous en avons plus de 500, donc nous avons multiplié les surfaces par 10. A l'échelle des surfaces agricoles du département, c'est peu. mais à l'échelle de la châtaigne, c'est beaucoup," a expliqué Emmanuel Rabaud.

Il faut dix ans pour amener un verger de châtaigniers à l'âge adulte

L'an dernier, ce sont près de 500 tonnes qui ont été récoltées par la Coopérative Limdor sur Saint-Yriex. Ce sera un peu moins cette année, "en raison notamment de la sécheresse" qui a aussi affecté les châtaigniers. De toute façon, "il faut dix ans pour amener un verger de châtaigniers à l'âge adulte, et donc la production va augmenter d'année en année durant quelques temps".    

Une évolution d'autant plus remarquable qu'elle s'est faite essentiellement en agriculture biologique, car elle convient bien au fruit. "La châtaigne a une image de fuit naturel auprès des consommateurs, donc on considère que ce serait dommage d'amener des traitements chimiques sur cette production". Certes, explique  Emmanuel Rabaud, "cela change beaucoup sur le travail qu'il y a à faire en verger, avec des modes de mécanisations particuliers, il faut obéir à un cahier des charges et être certifié par un organisme certificateur en tant que tel". 

Marigoule, Bouche de Bétizac, Bournette

Côté fruit enfin, "nous travaillons essentiellement la Marigoule, la plus plantée en Limousin (70% des vergers), mais aussi la Bouche de Bétizac qui est une variété précoce et la Bournette qui est une variété qui convient bien aux grilleurs de châtaignes que vous rencontrez l'hiver dans les rues". Donc "ce sont des châtaignes de gros calibre, qui sont peu cloisonnées, de bonne qualité gustative, qui tiennent bien à la cuisson, et qui sont à déguster en produit frais jusqu'à la fin de l'année maintenant" a encore précisé Emmanuel Rabaud qui confirme que "cette année on sera moins important en volume en raison des sécheresse à répétition, mais la qualité qui sera commercialisée sera toujours bonne." 

_"Et on se pose aussi la question de l'irrigation des vergers de châtaigniers, avec cette modification du climat". U_ne question qui a d'ailleurs été évoquée ce lundi lors d'une visite du Préfet de Haute-Vienne et de plusieurs élus dans un verger de La Roche l'Abeille.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess