Agriculture – Pêche

La récolte des olives s'annonce mauvaise en Vaucluse

Par Anne Domece et Jean-Michel Le Ray, France Bleu Vaucluse et France Bleu vendredi 14 octobre 2016 à 10:25

Impossible d'irriguer tous les vergers en Vaucluse
Impossible d'irriguer tous les vergers en Vaucluse © Radio France - Aurélie Lagain

Les oléiculteurs de Vaucluse s'inquiètent, à quelques semaines de la récolte. Peu ou pas d'olives sur les branches... à cause des conditions météo et de la mouche de l'olivier.

Les olives finissent de mûrir... La récolte débute dans trois semaines. Mais ce sera une toute petite récolte, en Vaucluse.

Sécheresse, nuisible et alternance

Plusieurs raisons : la sécheresse, la mouche de l'olivier et l'alternance qui se joue après la très bonne récolte de l'an dernier. Du coup, les 400 producteurs du Groupement des Oléiculteurs de Vaucluse s'inquiètent sérieusement. Ils en discuteront samedi, à la salle des fêtes de Mérindol, lors de leur assemblée générale annuelle.

Impossible de protéger tous les vergers

"Certains vergers avaient pourtant été protégés contre la mouche pour assurer la production, explique Isabelle Casamayou, la coordinatrice du Groupement. C'est le cas notamment des vergers faiblement chargés. Mais cela n'a pas suffi."

Isabelle Casamayou est la coordinatrice du GOV

En fait, seuls les oléiculteurs qui possèdent un réseau d'irrigation sont assurés d'avoir une récolte honorable. "Mais impossible d'irriguer partout, souligne Eric Mathieu, oléiculteur à Cabrières d'Avignon et président du Groupement. Moi, j'ai des vergers dans les coteaux, je ne peux pas irriguer... "

Eric Mathieu irrigue ses vergers... mais pas toutes les parcelles

Devant la faiblesse de la récolte qui s'annonce, certaines parcelles ne seront même pas ramassées. C'est un nouveau coup dur pour les oléiculteurs du Vaucluse, qui avaient déjà subi une année catastrophique en 2014.

PACA, première région productrice

Chaque année, on consomme en France 110.000 tonnes d'huile d'olives. La région Provence-Alpes -Côte d'Azur est la première région productrice, mais elle ne produit que 5% de la consommation. Le reste provient d'importations venues principalement de Grèce, d'Italie et d'Espagne.

Partager sur :