Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La récolte du safran bat son plein dans les Ardennes

samedi 13 octobre 2018 à 10:30 Par Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne

La récolte du safran a débuté début octobre. Depuis une vingtaine d'année, la production française se relance. Il n'y avait qu'un seul hectare cultivé en 2000 contre 37 en 2013. A Sailly, dans les Ardennes, les fleurs de crocus se cueillent par milliers.

La récolte du safran à Sailly, dans les Ardennes
La récolte du safran à Sailly, dans les Ardennes © Radio France - Alexandre Blanc

Carignan, France

Les producteurs de safran sont en pleine récolte. Elle a commencé début octobre et s'étale sur deux à trois semaines.   

Le safran est une épice issue du pistil des fleurs de crocus. Elle se plante en été et fleurit dès que l'air commence à se rafraichir entre fin septembre et début octobre.    

A Sailly, près de Carignan, dans les Ardennes, Delphine Liégeois a abandonné sa carrière de prof d'histoire en 2014 pour fonder "Le Safran, l'or rouge des Ardennes" et se consacrer à la culture du crocus. L'an passé, elle a récolté 100 000 fleurs et produit 600 grammes de safran.  

Le retour de l'or rouge 

Il faut 160 à 180 fleurs pour produire un gramme de safran, vendu 35 euros. Après la cueillette du matin, avec des amis et des membres de sa famille, Delphine s'attable pour émonder les fleurs, c'est-à-dire en retirer le pistil, formé de 3 filaments. Le safran est ensuite séché puis vendu exclusivement sur la boutique en ligne lesafran.fr. Delphine Liégeois propose du safran en filaments, en poudre ou transformé en confiture, en miel, en liqueur, en vinaigre, en moutarde, ou même intégré à de la fleur de sel. Quant à la fleur elle-même, elle sera revendue pour l'industrie cosmétique afin de fabriquer, par exemple,  des crèmes anti-rides.

L'émondage des fleurs de crocus pour récupérer le safran - Radio France
L'émondage des fleurs de crocus pour récupérer le safran © Radio France - Alexandre Blanc

Jusqu'à la fin du 19ème siècle, la France était l'un des plus gros producteurs de safran. La Révolution industrielle ayant vidé les campagnes, la culture du safran qui nécessite beaucoup de main d'oeuvre s'est ralentie. Depuis une vingtaine d'année, elle reprend de la vigueur en France. 

"Aujourd'hui on importe du safran d'Iran, d'Espagne et on se rend compte que 86 % du safran qui arrive en France est frelatée", explique Delphine Liégeois. L'Ardennaise mise sur un retour des clients vers les producteurs et a obtenu sa certification "agriculture biologique"