Agriculture – Pêche

Grippe aviaire : une cellule de crise régionale pour aider les professionnels

Par Leila Benjelloun, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu Limousin, France Bleu Pays Basque, France Bleu Périgord et France Bleu samedi 23 janvier 2016 à 21:16

Un élevage de canards et d'oies (photo d'illustration)
Un élevage de canards et d'oies (photo d'illustration) © Radio France - Julien Pelaes

Alain Rousset, le président de la région Aquitaine Poitou-Charentes Limousin était en visite dans les Landes ce samedi. Il a dévoilé les premières mesures régionales qui vont être mises en place pour soutenir les professionnels de la filière gras frappés par la crise de la grippe aviaire.

Le président Alain Rousset et son vice-président en charge de l'agriculture et de l'agroalimentaire, Jean-Pierre Raynaud, étaient en visite dans les Landes ce samedi après-midi. Ils se sont rendus dans une exploitation à Toulouzette (la Ferme Loupret) avant de rencontrer des professionnels de toute la filière gras au siège de la coopérative Maïsadour à Haut-Mauco. Les premières mesures régionales pour soutenir ces professionnels touchés par la crise de la grippe aviaire ont été dévoilées.

Des avances de trésorerie en attendant les aides de l’État

Une cellule de crise sera mise en place dès la semaine prochaine en partenariat avec les Chambres d'agriculture et les services de l’État. Elle s'adresse aux entreprises et aux exploitations en difficulté. La région les accompagnera en faisant des avances de trésorerie aux professionnels déjà touchés par la crise et qui attendent les aides de l’État. Parmi les  entreprises déjà frappées par la crise, il y a les accouveurs. La région met en place une adresse internet : crise-aviaire@laregion-alpc.fr pour que les professionnels puissent se signaler et bénéficier de cette aide d'urgence.

Aides à l'investissement et plan de formation des salariés au chômage partiel

Cependant, la région veut se concentrer sur l'après. Elle veut aider les professionnels à être prêts et formés aux nouvelles normes sanitaires quand la filière redémarrera. Des aides à l'investissement seront distribuées aux éleveurs afin de financer les futures installations sanitaires destinées à prévenir un éventuel retour de l'épidémie, une fois le vide sanitaire terminé. Un plan de formation va aussi être mis en place à destination des salariés en chômage partiel. La période devrait être mise à profit pour les former aux nouvelles normes de biosécurité.

Une réunion ce mardi au ministère de l'agriculture

Alain Rousset participera ce mardi à une réunion au ministère de l'agriculture au cours de laquelle le plan d'aide financière à destination des professionnels devrait être arrêté. On devrait également connaitre la durée officielle du vide sanitaire :  4 à 8 semaines, cela n'a pas encore été tranché.

Partager sur :