Agriculture – Pêche

La région Grand Est annonce un plan d'urgence aux agriculteurs en difficulté

Par Benjamin Bourgine, France Bleu Alsace, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine jeudi 27 octobre 2016 à 19:57

Philippe Richert au Salon Agrimax, à Metz
Philippe Richert au Salon Agrimax, à Metz © Radio France - Benjamin Bourgine

5 millions d'euros sur la table. La région Grand Est se veut "offensive et dynamique" sur le sujet agricole. Le président du conseil régional dévoilait ce jeudi sa politique agricole. D'abord l'urgence et ensuite la stratégie, dit Philippe Richert.

L'agriculture va mal, c'est le cas aussi dans la région Grand-Est. Le conseil régional a décidé de prendre le problème à bras-le-corps et a choisi le cadre du Salon Agrimax pour le dire aux exploitants agricoles. Ce jeudi, devant un parterre de représentants du monde paysan, le président du conseil régional et son adjoint à l'agriculture ont donc détaillé leur vision de l'agriculture dans notre région, et les solutions qu'ils comptent lui apporter.

Dans l'urgence, un plan d'urgence

Le plan se présente en 3 points. Il est financé à hauteur de 5 millions d'euros. Objectif essentiel : donner de l'air aux trésoreries étranglées par les dettes. La région veut donc créer des cellules d'accompagnement, dans chaque département. Elles seront chargées de recevoir les éleveurs "dans le rouge" et de les orienter. Ensuite il leur sera proposé des audits financiers. La région estime qu'elle devra en financer un millier. 3e point, le plus spectaculaire, une année bancaire "blanche". Pour les éleveurs qui en feront la demande, les banques repousseront les échéances des prêts impossibles à payer. L'Etat et la région prendront aussi à leurs charges une part de ces échéances

Le Salon AgriMax, à Metz - Radio France
Le Salon AgriMax, à Metz © Radio France - Benjamin Bourgine

Un budget agricole régional "doublé"

Le prochain budget de la région Grand-Est sera totalement dévoilé et voté en décembre prochain, mais selon Philippe Richert, l'effort est considérable, car la part consacrée à l'agriculture sera "doublée" par rapport aux budgets agricoles des 3 régions, avant leur fusion.

Et le loup ?

Cette conférence était aussi une rencontre entre les exploitants agricoles et les élus. Un éleveur de la Meuse n'a pas manqué l'occasion de parler du problème du Loup. Les attaques des loups sur les troupeaux d'ovins deviennent selon lui insupportables, et il a l'impression que face à ça, les éleveurs concernés sont "abandonnés".

Il y a un vrai potentiel, sauf que la présence du Loup condamne la génération qui veut le faire - Franck Müller

Le loup, un problème de plus en plus grave ?

La réponse du président Philippe Richert, est la suivante "Nous vous comprenons et souhaitons être associés à toutes les réunions concernant ce problème, car il relève essentiellement de l'Etat".

L'Etat a une responsabilité très importante dans ce problème

Partager sur :