Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : des pommes plus "vertes" et plus transparentes pour les Balcons du mont Pilat

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les producteurs des Balcons du mont Pilat ont entamé la récolte des pommes le 18 août, avec presque deux semaines d'avance. La coopérative espère que la percée des produits locaux favorisée par le confinement va se poursuivre.

Dans le Pilat, la récolte des pommes a débuté juste après le 15 août.
Dans le Pilat, la récolte des pommes a débuté juste après le 15 août. © Radio France - Tifany Antkowiak

Dans les vergers du Gaec Blanc Fruits, à Maclas, ils sont treize à cueillir les pommes les plus mûres depuis le 18 août. Jean-Pierre Klein et son associé ont fait appel à onze travailleurs saisonniers pour les aider à mener cette récolte 2020. Une récolte particulièrement précoce selon le producteur. "Je pense que c'est la plus précoce qu'on ait jamais faite", commente Jean-Pierre Klein, qui s'inquiète des possibles conséquences de cette précocité sur la couleur des fruits. 

Pour Jean-Pierre Klein, la récolte commence très tôt cette année.

"Ça peut retarder la coloration, parce qu'on a besoin des nuits fraîches pour accentuer la coloration rouge des fruits, et autour du 20 août... on peut encore avoir des nuits chaudes", ajoute le producteur, tout en continuant à monter sur son escabeau pour décrocher les pommes Gala les plus rouges. Celles qui ne le sont pas encore assez seront ramassées lors d'un deuxième passage, une semaine plus tard. "Vous voyez, celle-là, elle n'est pas assez rouge, qu'est-ce-que t'en penses ?", lance-t-il en souriant au nouveau directeur de la coopérative des Balcons du mont Pilat, basée à Bessey. "Celle-là je ne peux pas la vendre", confirme Olivier Lecoq. 

L'engouement pendant le confinement

Quelques semaines après avoir pris ses fonctions (courant juillet), il fait le tour des vergers pour suivre le début de la récolte. "Tout le monde est dans les vergers pour ramasser d'abord la Gala, qui est la première variété que l'on ramasse aujourd'hui dans le Pilat, et puis après nous, à la coopérative, on va organiser le stockage et tout le conditionnement des pommes pour ensuite les vendre", détaille le directeur de cette coopérative qui regroupe treize producteurs.

Olivier Lecoq, directeur de la coopérative des Balcons du mont Pilat.

Certaines pommes Gala doivent encore rougir un peu avant d'être cueillies.
Certaines pommes Gala doivent encore rougir un peu avant d'être cueillies. © Radio France - Tifany Antkowiak

Des pommes vendues "à 80% en Auvergne-Rhône-Alpes", par le biais des grossistes et de la grande distribution. Et des pommes qui se sont bien vendues ces derniers mois. "On a continué à conditionner et à vendre des pommes pendant le confinement et c'est vrai que c'était une période où les frontières étaient fermées et forcément, l'ensemble de notre fin de récolte et de conditionnement de mars à juin, on a eu un engouement pour nos produits", résume Olivier Lecoq. Il espère que les consommateurs français continueront de préférer les fruits produits localement, "plutôt qu'aller acheter des pommes qui viennent d'Italie ou d'Espagne"

Bientôt une certification HVE et une gamme bio

Pour tenter de faire durer cette tendance, le nouveau directeur de la coopérative des Balcons du mont Pilat veut renforcer la communication sur le savoir-faire des producteurs locaux et afficher plus de transparence sur les pratiques dans les vergers. La coopérative doit d'ailleurs être certifiée Haute valeur environnementale au mois de septembre. 

Olivier Lecoq mise aussi sur la production bio : "on est en train de développer avec un certain nombre de producteurs une gamme bio, on est en train de réfléchir à la commercialisation de cette gamme qui est un produit de niche, mais sur lequel on va essayer de créer un engouement". Cette première récolte bio devrait représenter 300 à 400 tonnes de pommes sur un total de 7500 tonnes pour la coopérative des Balcons du mont Pilat.

_____________________________________

France Bleu Saint-Étienne Loire est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess