Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : Auvabio, la plateforme de vente demi-gros des producteurs booste le bio en Auvergne

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Il y a un an, huit producteurs bio auvergnats se retrouvaient pour monter une plateforme de vente de légumes en demi-gros, pour proposer leurs productions à la grande et moyenne distribution. Aujourd'hui, ils sont 47 et accompagnent le développement de l'agriculture biologique en Auvergne.

Nathanaël Jacquart produit des fruits et légumes bio à Luzillat, dans le Puy-de-Dôme.
Nathanaël Jacquart produit des fruits et légumes bio à Luzillat, dans le Puy-de-Dôme. © Radio France - Juliette Micheneau

Nous mangeons chaque année plus de bio. D'après les chiffres de l'Agence bio, plus de 6% de la nourriture que nous achetons est bio, un marché qui enregistre une croissance à deux chiffres (+13,5% en 2019), mais qui profite surtout aux produits transformés et à des produits bio importés. C'est pour défendre une autre idée de l'agriculture bio, plus locale, avec des critères environnementaux et sociaux, que huit maraîchers auvergnats se sont retrouvés il y a un an pour fonder Auvabio. Une plateforme de vente de légumes bio en demi-gros, "pour répondre à des besoins de clients qui ont envie de se différencier d'une certaine bio et pour ça mettre en place des moyens logistiques pour les approvisionner", explique Patrice Goutagny, maraîcher à Montaigut-le-Blanc et président d'Auvabio.

20% seulement de la demande couverte

La plateforme alimente notamment la grande et moyenne distribution, des magasins bio et conventionnels, "on n'y va pas sur les centrales d'achats, mais sur un magasin local on y va", seule condition fixée par les maraîchers. De huit au départ, ils sont 47 un an après à alimenter cette vente en demi-gros. "Je pense qu'aujourd'hui on couvre 20% de la demande", estime Patrice Goutagny. C'est dire s'il y a de la place et Auvabio pousse justement à l'installation de nouveaux agriculteurs. "Aujourd'hui, il y a _13 projets en cours pour fin 2020 - 2021_, des gens qui vont sur un secteur demi-gros alors qu'ils étaient tous en vente directe jusqu'à présent". Auvabio attire aussi des fermes céréalières ou d'élevage qui se mettent à produire des légumes.

Des avantages pour les producteurs et les magasins

François Prézeau est en train de s'installer en maraîchage bio à Tronget, dans l'Allier. Le contrat passé avec la plateforme l'a justement aidé au moment d'aller voir les banques. "On avait 70% de notre chiffre d'affaires vendu via Auvabio, c'est hyper sécurisant pour les financeurs." Et même si la vente directe est plus rémunératrice, "c'est du temps en moins consacré à la production. On a calculé que pour nous ça revenait strictement au même de vendre à Auvabio". Pour Nathanaël Jacquart, maraîcher à Luzillat dans le Puy-de-Dôme, c'est la sécheresse qui a été le déclencheur. "On a diminué tout ce qui était vente directe, on a diminué la diversité de légumes pour économiser de l'eau." Le fonctionnement en demi-gros lui permet de resserrer sa production dans le temps et en surface.

Côté magasins, Raphaël Hourdin y trouve aussi son intérêt, il gère les magasins l'Eau vive à Clermont et Aubière. "Ça lisse la production dans le temps. Avec Auvabio je vais avoir plus de produits, plus de choix, tout au long de l'année." Des magasins friands de bio locale assure Jérôme Bafoil, gérant des magasins Biocoop de Riom et Bellerive-sur-Allier. "Quand l'offre est là, on se jette dessus. Aujourd'hui c'est environ 15% des achats qui sont fait en local, c'est trois fois plus qu'il y a un an."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess