Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La relance éco : des moissons médiocres pour les céréaliers de l’Yonne

-
Par , France Bleu Auxerre

Les moissons s’annoncent très moyennes cette année dans l'Yonne. Le bilan est plutôt médiocre avec en moyenne des rendements en baisse de 30%. Entretien avec Damien Brayotel, le président de la FDSEA (Fédération Départementale d'Exploitants Agricoles).

2020 est une mauvaise année pour les moissons dans l’Yonne avec des rendements en baisse de 30% en moyenne
2020 est une mauvaise année pour les moissons dans l’Yonne avec des rendements en baisse de 30% en moyenne © Radio France - Thierry Boulant

Est-ce qu'on peut dire que la récolte de céréales cette année dans l'Yonne est extrêmement variable selon les secteurs dans l’Yonne ?

C'est le moins que l'on puisse dire. C’est très hétérogène mais globalement, ces moissons sont mauvaises. On a des secteurs où les rendements sont pas mal, voir même satisfaisants, mais c'est très localisé. Chez un même agriculteur, on peut avoir des parcelles qui ont fait des bons rendements et d'autres qui sont catastrophiques. Globalement, que ce soit l'orge,  le colza ou le blé, les moyennes sont mauvaises.

Quelles sont les raisons ?

Le climat ! On a eu un hiver avec beaucoup d'eau, pas de froid. Les plantes se sont mal enracinées et puis ensuite pendant le confinement on a eu du très beau temps.  C'était très sympa mais il a fait sec pendant plus de deux mois et des plantes qui sont mal enracinées à cause de l'excès d'eau, quand il fait sec et bien elle souffre énormément. Il y a eu localement des coups de gèle qui sont venus s'ajouter et puis quand j'ai dit qu'il n'a pas fait froid cet hiver, finalement les insectes en ont profité ils se sont multipliés et on a eu beaucoup de pucerons. Ce sont des vecteurs de virus y compris pour les plantes sur les orges notamment et puis un peu sur les blés. Ça a détruit complètement la culture.

Est-ce que ça veut dire que les agriculteurs vont avoir besoin d'être aidé cette année ?

Oui ce serait bien, au moins d'être accompagné en tout cas. Ce n'est pas forcément pris en compte, dans le plan de relance de l'État qui est fait  pour réinvestir. La  difficulté pour les céréaliers,  c'est qu'ils ont enchaîné plusieurs moissons qui ne sont pas très bonnes. Ça a creusé encore un peu plus leur trésorerie et  les déficits. Aujourd'hui, on n'a plus forcément les capacités d'investir sur certaines exploitations.

On espère d'abord que nos coopératives, nos organismes qui stockent, vont valoriser au mieux notre récolte qui n'est pas épaisse mais il faudrait que les prix qui dépendent des marchés mondiaux  se tiennent  à peu près. Ensuite, on va demander la clémence des banques, de la MSA pour les cotisations sociales et puis de l'État, pour un certain nombre d'impôts et taxes qui pèsent vraiment lourd sur nos exploitations.

______________________________________________

France Bleu Auxerre est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Du lundi au vendredi à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron  industriel, club de sport, association, restaurant, etc). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess