Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les ostréiculteurs de l'étang de Thau se relèvent du confinement et comptent sur la saison touristique

-
Par , France Bleu Hérault

Un mois et demi après la réouverture des restaurants, les ventes sont reparties pour la plupart des producteurs d'huîtres de l'étang de Thau. Reste un problème de surstock de gros calibres, plus difficiles à écouler, et la crainte d'une crise économique qui ferait à nouveau chuter la consommation.

Les aides d'urgence débloquées par l'Etat et les collectivités ont permis à la plupart des 450 producteurs du bassin de Thau de tenir bon pendant la crise
Les aides d'urgence débloquées par l'Etat et les collectivités ont permis à la plupart des 450 producteurs du bassin de Thau de tenir bon pendant la crise © Maxppp - Vincent Andorra

La filière conchylicole reprend des couleurs après la période du confinement qui a été douloureuse pour une partie des producteurs du bassin de Thau. Avec la fermeture des restaurants, des marchés, des criées... certains ont vu leurs ventes stoppées net. Depuis, l'activité redémarre.  

La vente en direct

Sur le mas de Nicolas Goudard, les deux salariés un temps au chômage partiel, ont repris le travail le 3 juin au lendemain de la réouverture des restaurants. "La page est tournée pour ceux qui arrivent à commercialiser en direct, en faisant des expéditions de produits conditionnés, explique ce producteur, vice-président des ostréiculteurs de Loupian. Après, ça reste plus compliqué pour ceux qui font de la vente en gros, de la production pure et dure. Ce qu'on appelle généralement du vrac."

"Plus compliqué pour ceux qui font de la vente en gros". Nicolas Goudard, ostréiculteur à Loupian

Mesures d'aide efficaces

"Presque toutes les entreprises du bassin ont pris la crise de plein fouet", poursuit Nicolas Goudard. Mais les mesures d'urgence ont permis de tenir bon pendant la tempête. "On a été soutenu par les mesures d'urgence de la Région pour favoriser les circuits courts. Par les mesures de l'Etat : 1.500 euros dès lors qu'on justifiait une certaine perte de chiffres d'affaires, les mesures de chômage partiel. Ainsi que le département et l'agglo qui ont mis en place des mesures d'aide directe".

Un problème persiste aujourd'hui : un stock important d'huîtres de gros calibre. Numéro 1 ou 0. "Des huîtres qui auraient dû être vendues pendant le confinement, entre mars et juin, la période où les huîtres poussent le plus vite. Pour ces gros calibres, il y a un stock qui n'est pas toujours simple à écouler". Le comité régional conchylicole va organiser des opérations de promotion pour leur ouvrir des marchés. 

Saison touristique

La profession, qui n'a pas pu profiter des ponts du mois de mai, synonyme de forte fréquentation touristique, mise à présent sur la saison estivale. "Il semble qu'il y ait moins de monde cette année, mais la saison a démarré plus tard. On va voir si ça démarre vraiment ce week-end du 24/25 juillet" commente Nicolas Goudard. 

La relance éco - Les producteurs d'huîtres du Bassin de Thau se relèvent peu à peu de la crise

Verbatim : "La profession se trouve à une période charnière "

"Aujourd'hui, on a un modèle de production qui date déjà des années 70s. Donc 50 ans ! Et aujourd'hui, il faut se remettre en question. Que ce soit les techniques d'élevage, la production... On a un projet de reconquête des zones de production en pleine mer qui ont été plus ou moins délaissées, voire abandonnées au début des années 90s à cause de la prédation des daurades. Aujourd'hui, on a trouvé des nouvelles techniques pour faire de la production de moules à moyen terme, faire également de la production d'huîtres et éventuellement d'autres coquillages. Il existe deux zones : une qui se situe entre Sète et Marseillan et l'autre zone qui se situe au large de Frontignan, sur le site des Aresquiers. 

"Sur le bassin de Thau, il y a un gros projet qui est en train de se mettre en place : équiper des tables du Bassin de Thau, c'est à dire 2.700 tables de panneaux photovoltaïques, pour exonder les huîtres, pour faire de l'oxygénation, pour éviter aussi la problématique de chaleur. Et surtout produire de l'énergie. Si on arrivait à équiper l'ensemble des tables du Bassin, on aurait la capacité de fournir en électricité l'équivalent de 150.000 habitants, soit la totalité des habitants du pourtour du Bassin de Thau. Ce serait la plus grosse ferme photovoltaïque au monde. Ce projet a été retardé par le Covid mais il est toujours d'actualité. Ça permettrait de basculer sur une nouvelle activité, une activité vertueuse en matière de respect de l'environnement."

"Basculer sur une nouvelle activité vertueuse en matière d'environnement." Nicolas Goudard, ostréiculteur à Loupian

Choix de la station

À venir dansDanssecondess