Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La réussite de la clémentine corse pourrait inspirer l'Italie

mardi 13 mars 2018 à 16:32 Par Maxime Becmeur et Christophe Giudicelli, France Bleu RCFM

Confronter les produits et partager les expériences. C'est tout l'intérêt des rencontres "Mare di Agrumi" organisées ce lundi 12 mars à San Giulianu. Un programme de coopération entre agrumiculteurs corses et italiens vient d'être lancé.

Les agrumiculteurs corses se tournent vers l'Italie pour valoriser leurs productions.
Les agrumiculteurs corses se tournent vers l'Italie pour valoriser leurs productions. © Maxppp -

Corse, France

Les producteurs de clémentines italiens devraient-ils s'inspirer de leurs homologues corses pour mieux se structurer et se développer ? C'est en tout cas l'objectif d'un ambitieux programme de collaboration entre agrumiculteurs des deux territoires. Celui-ci vient d'être porté sur les fonts baptismaux, ce lundi 12 mars, à la Corsic'Agropole de San Giulianu. Dans le cadre d'un projet Interreg Marittimo France-Italie, une trentaine de professionnels ont pris part à ce tout nouveau partenariat.

Depuis les premiers arbres plantés en 1925 à Figarettu, en Plaine orientale, la clémentine corse n'a cessé de surfer sur la vague du succès commercial. Aujourd'hui, la filière est l'une des plus structurées, notamment grâce à l'obtention de son IGP (Indication géographique protégée). Environ 30.000 tonnes de clémentines sont vendues chaque année. Les producteurs italiens sont ainsi venus récolter de précieuses informations. "Pour nous, c'est un excellent exemple d'organisation, souligne Sergio Signanini, un agrumiculteur toscan. La méthode corse nous intéresse et nous pourrions l'appliquer en Toscane, d'autant plus que notre agriculture ressemble énormément à la vôtre."

Sergio Signanini, agrumiculteur venu de Toscane

Les producteurs corses maîtrisent désormais la commercialisation de leurs produits. En revanche, ils doivent encore progresser en terme de valorisation. Les écarts de tri entre les fruits propres à la consommation et ceux qu'il faut jeter restent trop importants. "C'est quelque chose de très difficile, relève Pierre-Paul Monteil, producteur d'agrumes installé à Lucciana et responsable des ventes du GIE Comptoir Corsica. Il nous faudrait investir dans du matériel de pointe, mais cela est très lourd à amortir. Nous pouvons néanmoins faire des essais avec des transformateurs du continent, car nous avons signé de nombreuses conventions."

Pierre-Paul Monteil, producteur d'agrumes à Lucciana

Rien que pour la clémentine, les écarts de tri se traduisent chaque année par près de 4.000 tonnes de fruits jetés à la poubelle.