Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La Rochelle: ras-le-bol des apiculteurs contre les pesticides

lundi 14 mai 2018 à 18:08 Par Gérald Paris, France Bleu La Rochelle

Une 30aine d'apiculteurs rassemblés à La Rochelle ce lundi matin

Apiculteur de Marsilly
Apiculteur de Marsilly © Radio France - Gérald Paris

La Rochelle, France

"la mortalité banalisée des abeilles est passée de 15% par an à environ 30%, et même  60 à 70% cet hiver dernier selon les secteurs"  

Une 30aine d'apiculteurs de toute la Charente-Maritime se sont rassemblés lundi en fin de matinée devant la direction départementale de la protection des populations à La Rochelle. Les apiculteurs ont de plus en plus de problème de mortalité dans leurs ruches. Si le frelon asiatique, est en partie responsable, pour eux la principale cause, ce sont les pesticides utilisés par les agriculteurs dans leur champs. Ces pesticides tuent directement les abeilles ou participent à l'affaiblissement d'une ruche plus vulnérable au prédateur. Une situation qui s'aggrave  au cours des années. Pour Jean François Prosper le vice-président du GDSA 17 groupement de défense sanitaire apicole de la Charente Maritime, "la mortalité banalisée des abeilles est passée de 15% par an à environ 30%, voire 60 à 70% cet hiver dernier selon les secteurs"  

La profession a fait des prélèvements dans les ruches cet hiver. Les abeilles mortes doivent partir en laboratoires pour pouvoir identifier les causes des décès. Mais pour Maurice Douteau, le président du groupement de défense sanitaire apicole de Charente Maritime, "les laboratoires ne cherchent pas assez, ou du moins dans la mauvaise direction pour savoir si les pesticides sont véritablement responsables de ce carnage." 

Une délégation d'apiculteurs a été reçue en fin de matinée par la direction départementale de la protection des populations. Direction qui ne souhaite prendre aucune mesure immédiate et appelle à mettre en place une réunion avec tous les acteurs y compris le ministère de l'écologie pour traiter du sujet. Une réponse qui ne convient pas aux apiculteurs qui se dirigent maintenant vers l'organisation d'une manifestation régionale à Bordeaux.