Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La Rochelle : une nouvelle exploitation agricole bio, la deuxième dans l'agglomération

lundi 14 janvier 2019 à 8:13 Par Marie-Laurence Dalle, France Bleu La Rochelle

C'est seulement la deuxième exploitation agricole bio dans l'agglomération de La Rochelle : le GAEC Biotivés a été créé le 1er janvier par trois jeunes maraîchers à Saint Xandre. Ils vendront leurs premiers légumes en juin mais ont déjà des demandes.

Les trois nouveaux maraîchers bio sous leur hangar, en attendant le montage des serres
Les trois nouveaux maraîchers bio sous leur hangar, en attendant le montage des serres © Radio France - Marie-Laurence Dalle

Saint-Xandre, France

Pour l'instant, on ne voit pas grand chose de la future exploitation : juste un hangar, dans lequel il y a des travaux pour installer une chambre froide et un bureau. 1.800 m2 de serres et tout le matériel d'irrigation vont arriver dans les jours qui viennent. Les trois jeunes nouveaux maraîchers, installés à Saint Xandre dans l'agglomération de La Rochelle, vont devoir maintenant les monter sur un terrain de trois hectares, c'est la première (lourde) étape de leur installation. 

"Le montage va nous prendre un mois et demi à deux mois, si tout se passe bien", explique l'un des trois, Sylvain Bridier qui ajoute prudent "Si tout se passe bien, si la météo s'y prête... on pourra commencer les premier semis au mois de mars ! " Sa compagne Pauline Gourdon avoue qu'elle redoute cette épreuve du montage des serres : "J'ai peur qu'on ait mal estimé le temps. Nous avons fait des dizaines de tableaux pour estimer la production, le temps, pour tout estimer, mais ça reste des estimations !". 

Une dizaine de parcelles sont sous surveillance 

Le GAEC Biotivés, créés par Syvlain Bridier, Pauline Gourdon et Laure Penaud, est seulement la deuxième exploitation biologique de l'agglomération rochelaise. L'autre, à Angoulins exporte une grosse part de sa production qui "ne bénéficie pas aux Rochelais" selon Jean-Philippe Oudot du collectif fermes urbaines. Son association milite pour la création d'une ceinture verte vivrière comme il en existe une à Albi

Mais il admet que "c'est vraiment très difficile sur l'agglomération de la Rochelle, il y a une tension sur les terres et une opacité pour l'accès au foncier". Le collectif a identifié une dizaine de parcelles mises sous la surveillance de la SAFER (Société d'Aménagement Foncier et d'Etablissement Rural). Si elles étaient mises en vente, Terre de Lien disposerait d'une priorité pendant deux mois pour les acheter.
Dans l'agglomération de La Rochelle, huit agriculteurs bio cherchent à s'installer selon le collectif Fermes Urbaines, sept ont été un peu découragés. Dans les cinq ans qui viennent, une trentaine d'exploitants vont partir à la retraite autour de l'agglomération et plus de la moitié n'a pas de successeur pour l'instant. 

Les premiers légumes en juin 

A Saint Xandre, Le trio de nouveaux maraîchers espère pourvoir vendre ses premières betteraves, salades, radis ou pommes de terre au mois de juin. "On a déjà de la demande des cantines" dit avec le sourire Pauline Gourdon. Dans un premier temps, les légumes seront vendus en circuit court dans le magasin de producteurs situé juste en face du GAEC Biotivés, dans l'élevage bio "la chèvre rit". L'amap de Dompière sur mer est aussi sur les rangs. 

Les jeunes maraîchers sont modestes, ils ne visent pas la clientèle des cantines tout de suite. "Même si on a été bien formés, on sait que faire pousser des légumes est une science assez incertaine", concède Sylvain Bridier, "il y a pas mal de facteurs à maîtriser, comme la météo, ce n'est pas si simple que ça". Avant ça, ils vont s'attaquer au montage des serres, dans quelques jours, et dans l'installation du circuit d'irrigation qu'il faudra entièrement enterrer.