Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La saison des châtaignes est ouverte en Lozère

-
Par , France Bleu Gard Lozère

La France produit environ 10.000 à 12.000 tonnes de châtaignes par an, et c'est l'Ardèche qui fournit près de la moitié de cette production hexagonale. Avec ces 250 producteurs, la Lozère est un petit producteur.

 Camille Fagnes - castanéicultrice cévenole
Camille Fagnes - castanéicultrice cévenole © Radio France - SAID MAKHLOUFI

Collet-de-Dèze, France

Dans les Cévennes, 1.000 tonnes sont produites chaque année, entre Lozère, Hérault et Gard. Dans les Cévennes lozériennes, Camille Fages est une jeune productrice de châtaignes. Elle a démarré l'activité de "Saveur du Castanet" en 2015. Cette année elle démarre sa cinquième récolte de châtaignes. Camille a repris les terrains familiaux et a choisi de devenir agricultrice. L'exploitation est majoritairement castanéïcole (châtaignes fraiches, confitures, marrons au naturel, châtaignons, farine…), avec quelques produits à base de fruits rouges ou de figues. 

Camille s'attache à faire vivre les souvenirs de ses arrière-grands-parents œuvrant à la châtaigneraie du Castanet et à pérenniser leur savoir-faire : "Quand j’étais petite, je ramassais les châtaignes ici avec ma cousine et ensuite on allait les revendre, j’ai ce souvenir-là de l’automne, des feuilles qui tombent". Aujourd’hui cette activité de plaisir est devenu une activité économique : "Honnêtement je ne m’imaginais pas un jour devenir productrice de châtaigne et puis avec le temps, le métier m’a passionnée. Je suis fière de pérenniser le savoir-faire issu de mon histoire familiale". 

Avec deux saisonniers Camille Fages doit ramasser 6 tonnes de châtaigne en 45 jours. Dans les fillets déposés au sol, Lénorad repousse feuillet et bogue avec une souffleuse  - Radio France
Avec deux saisonniers Camille Fages doit ramasser 6 tonnes de châtaigne en 45 jours. Dans les fillets déposés au sol, Lénorad repousse feuillet et bogue avec une souffleuse © Radio France - SAID MAKHLOUFI
La châtaigneraie de Camille produit chaque année un peu plus de 5 tonnes, en moyenne. - Radio France
La châtaigneraie de Camille produit chaque année un peu plus de 5 tonnes, en moyenne. © Radio France - SAID MAKHLOUFI

La châtaigneraie de Camille produit chaque année un peu plus de 5 tonnes, en moyenne. Une fois ramassées, les plus belles châtaignes sont vendues en vrac, les autres seront transformées en confiture et le reste, vendu en bocaux dans des magasins bio et sur les marchés.

Il y a de la demande en France, assure Camille Fages 

Reportage de SAID MAKHLOUFI

C’est la 5e récolte de Camille Fages. - Radio France
C’est la 5e récolte de Camille Fages. © Radio France - SAID MAKHLOUFI

La France n'est que le dixième producteur mondial et doit importer 80 % de sa consommation. La France consomme chaque année environ 15.000 tonnes de châtaignes, dont une partie est exportée. Pour satisfaire cet appétit, et en particulier celui des fabricants de produits transformés à base de châtaigne, la France importe, principalement d’Espagne et d’Italie. À l’apogée, en 1870, la France produisait 500.000 tonnes annuelles, dont 150.000 tonnes rien qu’en Cévennes. 

ne confondez pas marrons et châtaignes  - Radio France
ne confondez pas marrons et châtaignes © Radio France - SAID MAKHLOUFI

Marrons et châtaignes, attention à ne pas les confondre !   

Grillé, en crème ou glacé, le marron a ses adeptes une fois l'automne venu. Mais attention au risque de confusion entre espèces comestibles (les châtaignes) et toxiques (les marrons d'Inde), avertit mercredi l'agence sanitaire Anses. En effet, "même si on parle couramment de marrons pour des spécialités culinaires, il s'agit en fait d'une variété de grosses châtaignes cultivées pour leur consommation", souligne l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation dans une alerte de toxico-vigilance. Les marrons d'Inde sont eux toxiques et "peuvent entraîner des troubles digestifs tels que des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements, ou des irritations de la gorge". 

Or les risques d'erreur lors du ramassage sont fréquents: la confusion marrons/châtaignes est le deuxième type de confusion de plantes le plus fréquemment enregistré par les centres antipoison après les confusions de plantes à bulbes (fleurs de la famille des jonquilles prises par erreur pour des oignons par exemple). 

Pour les reconnaître, le fruit du châtaigner se présente sous forme d'une bogue "brune, hérissée de nombreux et longs piquants, et contient 2 à 3 châtaignes à la fois, plutôt petites, aplaties et triangulaires", décrit l'Anses. En revanche, la capsule qui contient le marron d'Inde est "épaisse, verte, pourvue de petits pics espacés et courts, et contient généralement un seul marron, plus gros et arrondi"

Les arbres plantés dans les parcs, les allées et les cours d'école sont généralement des marronniers, tandis qu'on trouve plutôt les châtaigniers dans les bois et les forêts, ajoute l'agence

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu