Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La sécheresse persiste déjà en Touraine

-
Par , France Bleu Touraine

À peine le printemps arrivé que la sécheresse pointe déjà le bout de son nez. Après le gel des dernières semaine, le printemps est particulièrement sec à l'échelle nationale. En Indre-et-Loire, le déficit en eau reste aussi très important, avec seulement 30 mm de pluies en moyenne depuis deux mois.

Sécheresse en Limousin (illustration)
Sécheresse en Limousin (illustration) © Radio France - Nicolas Blanzat

À peine le printemps arrivé que la sécheresse pointe déjà le bout de son nez. Après le gel des dernières semaine, le printemps est particulièrement sec à l'échelle nationale. En Indre-et-Loire, le déficit en eau reste aussi très important, avec seulement 30 mm de pluies en moyenne depuis deux mois. La profession agricole commence à s'inquiéter et espère un retour rapide des pluies dans la région.

Un impact de 50% sur la récolte de blé

Benoît Latour, agriculteur céréalier et producteur de semence, appréhende la tournure des prochains jours, "on peut estimer, s'il ne pleut pas dans les 10 jours, un impact de 50% sur la récolte des blés. Les épisodes extrêmes sont de plus en plus rapprochés. Cet hiver, nous avons connu une période de fortes pluies qui a empêché certaines cultures de bien s'enraciner. Aujourd'hui, c'est une sécheresse inverse, avec peu d'eau, qui empêchent les racines mal déployées de venir puiser l'eau loin dans le sol."

Pourtant Benoît Latour ne désespère pas quant aux solutions possibles, "le stockage de l'eau est une solution, même si on ne peut plus le faire partout. On est favorable à de nouvelles zones de retenue d'eau car l'enjeu climatique de demain est là. Aujourd'hui, l'eau dont nous avons besoin en Indre-et-Loire pour un an, c'est à peu près 20 millions de m3. Cela représente un _écoulement de la Vienne pendant 5 heures_. On ne peut pas craindre que le prélèvement d'eau de la Vienne pendant 5 heures chamboule l'écosystème. L'irrigation ne pourra pas faire face à des sécheresses répétées et intenses, mais maintenir l'irrigation c'est une nécessité sur l'été en cas de sécheresse qui se prolonge."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess