Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La courge ne fait plus le bonheur des producteurs

mardi 31 octobre 2017 à 6:33 Par Nina Valette, France Bleu Vaucluse

Depuis toujours la courge est la star d'Halloween, pourtant, du côté les producteurs la fête est terminée. La coût de la production n'arrive plus à faire face aux prix d'achat. Reportage à L'Isle-sur-la-Sorgue

La star d'Halloween, à quel prix ?
La star d'Halloween, à quel prix ? © Radio France - Nina Valette

Vaucluse, France

"Ce n'est plus l’Eldorado que c'était" lance François Sanchez au milieu de son point de vente. Ce producteur fait aussi de la vente au bord de la route à L'Isle-sur-la-Sorgue.

"C'est la seule solution pour vivre de ce métier aujourd'hui" précise l'agriculteur. 2017 restera la dernière année où il produit des melons : "ce n'est plus rentable, et même pire, ça me coûte de l'argent" . Pour la courge, il attend trois ans avant de prendre une décision. "Si là aussi ça me coûte de l'argent, j'arrête" .

François fait de la vente directe à l'Isle-sur-sorgues - Radio France
François fait de la vente directe à l'Isle-sur-sorgues © Radio France - Nina Valette

Pour tenir face aux grandes surfaces, François pense à ouvrir un second point de vente au bord de la route : "L'année dernière les potimarrons c'était 0.65 centimes, cette année c'est 0.50 centimes donc une baisse de 30%. Je pense que les grandes surfaces pourraient nous payer 5 ou 10 centimes de plus, ça ne changerait rien pour eux et ça permettrait a l'agriculteur de gagner sa vie" peste le producteur.

Et du côté des expéditeurs ?

Bertrand lui aussi produit de la courge, mais de moins en moins. En 30 ans, il à divisé sa production par deux, aujourd'hui il ne produit "que" 100 tonnes. En parallèle, Bertrand est aussi expéditeur, c'est à dire qu'il achète aussi des courges aux producteurs du coin, avant de vendre des palettes entières. Il connait donc bien la chaîne entre le champ, jusqu'au point de vente. Aujourd'hui il envisage d'arrêter sérieusement : "Nos marges sont minimes, et les producteurs le savent".

Les courges attendent de partir en magasin  - Radio France
Les courges attendent de partir en magasin © Radio France - Nina Valette

Dans son entrepôt, plus qu'un seul salarié, Bertrand ne peut plus faire vivre plusieurs familles comme avant. Est-ce que son fils voudra reprendre l'affaire familiale ? La question est en suspens.