Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La transhumance désormais inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco

Plus de 20.000 brebis transitent chaque été sur les Causses et les Cévennes pour la transhumance. Une pratique désormais inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco.

Une vingtaine d'estives collectives en Causses et Cévennes
Une vingtaine d'estives collectives en Causses et Cévennes - Entente interdépartementale des Causses et des Cévennes

C'est une reconnaissance pour tous les bergers qui amènent chaque été leurs brebis sur les pâturages d'altitude dans les Causses et les Cévennes. La transhumance est désormais inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco. Le dossier avait été déposé en mars 2019 par les six massifs français (Massif Central, Pyrénées, Alpes, Vosges, Jura et Corse). Il vient donc d'être accepté. 

Une victoire pour l'Entente interdépartementale des Causses et des Cévennes, où une vingtaine d'estives collectives sont recensées. Avec trois gros points de rassemblement : le Mont Aigoual, le Mont Lozère et le massif du Bougès.  "C'est une reconnaissance pour la pratique, explique Morgane Costes-Marre, directrice de cette Entente. Très concrètement, ça va permettre d'aller chercher des financements pour les bergers et les éleveurs, en termes de communication notamment. Ça va aussi permettre d'améliorer les cabanes pastorales."

La transhumance, ça concerne 20.000 brebis en Causses et Cévennes 

Cette inscription de la transhumance au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco va aussi permettre de mettre en valeur le travail des bergers et des espaces où ils amènent leurs troupeaux chaque été. 

"La transhumance s'adapte au milieu et aux conditions de ce milieu. On va donc essayer de la maintenir et la conforter, poursuit Morgane Costes-Marre. De susciter aussi des vocations. Il faut faire en sorte qu'elle perdure car elle permet l'entretien des paysages et de produire des produits de qualité.

Une prochaine candidature internationale

Grâce à ce premier succès, la France va pouvoir déposer une candidature internationale aux côtés de six autres pays (Espagne, Andorre, Croatie, Albanie, Roumanie et Luxembourg). Elle sera examinée en décembre 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess