Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

"La valeur des terres passe de 7.000 à 700.000 euros" : en Champagne, les viticulteurs rêvent de l'AOC

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

En Champagne, 34.000 hectares de parcelles sont labellisées AOC. Une appellation que beaucoup de viticulteurs espèrent obtenir, pour dynamiser leur économie et que d'autres ne veulent pas perdre, pour garder leur image de qualité.

Vignes en champagne. Image d'illustration
Vignes en champagne. Image d'illustration © Radio France - Sylvie Bassal

Champagne-Ardenne, France

Les vendanges 2019 en Champagne touchent à leur fin cette semaine, l'occasion de s’intéresser aux terres labellisées Appellation d'Origine Contrôlée (AOC). L'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO) élabore, depuis 2003, une délimitation de nouvelles parcelles bénéficiaires de ce label. Forcément il y a des gagnants, parmi eux la commune de Péas (Marne). "Nous n'avons pas de vignes sur nos terres mais l'AOC pourrait changer la donne. Elle aurait des retombées économiques et sociales extraordinaires pour la commune. Les terres valent actuellement près de 7 000 euros, leur valeur pourrait être multipliée par 100 pour atteindre les 700.000 euros" se réjouit d'avance Noël Mauroy, maire de Péas et viticulteur. Puis il y a les perdants...

"On va se battre jusqu'au bout"

En Champagne, deux communes sont pour le moment sur la sellette : Germaine et Orbais-l'Abbaye (Marne). L'INAO risque de leur retirer de label AOC dans leur nouveau plan prévu pour 2020. "Nous avons 44 hectares de vignes menacés. Ce serait dramatique car l'image de la commune et de ses professionnels en prendrait un sacré coup. Si on nous enlève cette appellation, on risque la désertification ! Ce qui est rassurant, c'est que si leur choix est confirmé, on a trente ans pour leur faire changer d'avis. Le plan sera effectif autour de 2050. On va se battre jusqu'au bout", affirme Henri Guinand, maire d'Orbais-l'Abbaye, commune de 600 habitants.

"Sans le label AOC, ce n'est pas du Champagne"

L'INAO veut rassurer les viticulteurs potentiellement évincés de la délimitation. "Une fois que nous aurons rendu un travail définitif, il sera affiché dans les mairies concernées et les professionnels pourront faire une réclamation. C'est pour cela que cela prend du temps d'ajouter ou de retirer un AOC. C'est certainement ce qu'il va se passer et c'est compréhensible quand on sait l'importance de ce label. Sans lui, ce n'est pas du Champagne. Si vous produisez alors que vous n'êtes pas dans une zone délimitée avec un cahier des charges bien précis et que vous mettez l'appellation "Champagne" sur la bouteille, vous risquez gros", prévient Olivier Russeil, délégué territorial Nord-Est de l'INAO.

En Champagne, 34.000 hectares de parcelles possèdent l'Appellation d'Origine Contrôlée.

Choix de la station

France Bleu