Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La vigne corse victime de la sécheresse

mercredi 4 octobre 2017 à 18:16 Par Marion Galland, Pierre-Louis Antoniotti et Caroline Filippi, France Bleu RCFM

Dans certaines régions de Corse, comme la Balagne ou le Sartenais, des vignerons ont découvert un nombre plus élevé que d'habitude de pieds de vigne morts. Des morts dues à la sécheresse de cet été. Chez certains vignerons on estime jusqu'à 15% la perte sur les exploitations.

.
. - .

Corse, France

La sècheresse n'a pas épargné les viticulteurs cet été, nombre d'entre eux ont vu leurs pieds de vignes se dessécher. La vigne est pourtant connue pour supporter la chaleur mais les pieds de vigne les plus jeunes n’ont pas tous résisté. Leurs racines, pas assez profondes, n'ayant pas encore le temps de bien pénétrer la terre et de trouver de l'eau.

Baisse de la production

Le phénomène a surtout touché la Balagne et la région ajaccienne. Résultat les viticulteurs concernés vont devoir faire face à une baisse de leur production. Pierre Acquaviva, gérant du domaine Alzipratu à Calenzana estime que près de 10% de ses pieds de vigne sont touchés.

Pierre Acquaviva, domaine Alzipratu « tous les plants ont eu mal, mais tous ne sont pas morts heureusement »

Selon Bernard Sonnet, le directeur du CIVC, le Conseil Interprofessionnel des Vins de Corse, la baisse de production pourrait varier de 20 à 40 % selon les exploitations et entraîner des ruptures de stocks ainsi que des pertes de clientèle.

Bernard Sonnet, directeur du CIVC, « C’est la première fois que l’on est confronté à une telle sécheresse »

Un dossier de calamité agricole sera probablement déposé à la fin de l’année, quand l'ensemble de la production aura été récoltée.