Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

La vigne souffre du manque d'eau et les vendanges seront finalement retardées dans l'Yonne

mercredi 8 août 2018 à 16:09 Par Isabelle Rose et Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre

On les annonçait précoces, fin août pour les crémants, une semaine plus tard pour les vins tranquilles, comme le Chablis, le Saint-Bris ou L'Irancy. Finalement, dans le Chablisien, on devrait vendanger autour du 10 septembre, soit une bonne semaine après les prévisions.

La vigne souffre du manque d'eau
La vigne souffre du manque d'eau © Radio France - Bruno Blanzat

Yonne, France

C’est une des conséquences de la canicule de ces dernières semaines. Il a fait chaud, très chaud, ce qui est bien pour le raisin, mais il n'a pas assez plu et les vignes manquent d'eau. Finalement, dans le Chablisien, on devrait vendanger autour du 10 septembre, soit une bonne semaine après les prévisions, alors qu'on annonçait effectivement des vendanges précoces. 

La vigne est en situation de stress hydrique

Selon Adrien Michaut, le président de la FDAC, la Fédération de Défense de l'Appellation Chablis, "on observe un phénomène de blocage, la vigne n’évolue plus car elle est en situation de stress hydrique. Le raisin est un peu flétri car la vigne prend l’eau des raisins pour survivre. Il faudrait donc maintenant que de la pluie tombe de préférence la nuit et par petites quantités plutôt que sous forme de gros orages car les sols sont très secs et on peut craindre alors des risques de ravinements. On a un potentiel autour de 70 hectolitres l’hectare et si on arrive à faire entre 40 et 50 ce sera bien."

"Cette année on a eu la chance de ne pas avoir de gel" poursuit Adrien Michaut  "et une très belle sortie de raisin et cela a redonné du baume au cœur aux vignerons car on pensait alors faire une très belle récolte mais là elle ne sera sans doute pas au rendez-vous avec un rendement inférieur de 30%."

Hervé Fillon, vigneron à saint-Bris constate les dégats de la canicule sur les raisins - Radio France
Hervé Fillon, vigneron à saint-Bris constate les dégats de la canicule sur les raisins © Radio France - Bruno Blanzat

Un constat partagé par d’autres viticulteurs de l’Auxerrois. Vigneron à Saint-Bris-le-Vineux, Hervé Fillon constate la souffrance de ses vignes face à cette sécheresse : "Voyez les baies sont toutes petites, la vigne stresse et les feuilles sont jaunies à la base, la pellicule va s’épaissir et c’est un manque de rendement car l’acidité va chuter mais il n’y aura pas assez de jus. C’est une année compliquée, le temps est bizarre avec beaucoup d’eau en hiver et là maintenant la sécheresse. On ne sait plus quoi faire" conclut le vigneron. 

"Il faut laisser faire la nature. Déjà en 2003 nous avions connu une période de sécheresse mais nous avons quand même eu un excellent vin, parfois plus riche en alcool, plus fruité même si la quantité était moindre."

Des rendements attendus en baisse d'un tiers environ

Dans certains secteurs, les plus touchés, comme à Préhy, Courgis, Chichée ou Béru, les vignerons pourraient subir une baisse de 30% de leur récolte.