Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Lactalis : la filière laitière risque-t-elle de souffrir de l'affaire des salmonelles ?

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu
Craon, France

Le retrait massif de plus de 1300 lots de produits infantiles, en trois semaines, pourrait écorner l'image du groupe Lactalis et celle des éleveurs.

L"usine Lactalis à Craon
L"usine Lactalis à Craon © Radio France

Même si l'origine de la contamination est à trouver dans le processus industriel de la fabrication des produits infantiles sur le site de Craon, la qualité "made in France" du lait risque de pâtir de la crise qui frappe le numéro un mondial des produits laitiers. Alors, c'est vrai, les agriculteurs ont été mis hors de cause dans cette affaire. C'est une bonne nouvelle certes pour les éleveurs mais ce n'est pas suffisant estime Philippe Jéhan, le responsable de la FDSEA de la Mayenne : "aujourd'hui, un éleveur est garant aussi de son produit fini jusqu'au consommateur. Si j'ai un voeu à émettre, c'est de communiquer sur l'origine, d'où vient la salmonelle, c'est ça qui nous manque"

Quand on évoque une crise sanitaire pour le lait, et en plus ici du lait pour bébé, évidemment les clichés peuvent avoir la vie dure. C'est ce que redoute Jean-Michel Yvard, le représentant des producteurs du Grand Ouest qui fournissent Lactalis : "à chaque crise, on a l'impression que c'est notre profession, notre façon de travailler qui sont mis en cause"

Pour le leader mondial du lait, cette affaire aura également des conséquences. Ses marques, comme Picot et Milumel, risquent gros. Arnaud Boisnard, le directeur général de Lactalis Nutrition Santé, est le patron de l'usine de Craon : "les parents peuvent en effet choisir d'autres marques. L'objectif est de tout faire pour que nos produits soient pleinement sécurisés quand on redémarrera". 

A Craon, les opérations de nettoyage se poursuivent pour éradiquer la bactérie. Des mesures de chômage technique, pour une partie des 350 salariés, sont envisagées. Le redémarrage de la production ne devrait intervenir qu'en février prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu